Nos courses

Retour sur les 15km de la Thoréfoléenne

Ce dimanche a eu lieu la 34ème édition de la Thoréfoléenne. C’est une course qui se déroule près de Rennes (à Thorigné-Fouillard) et qui propose deux formats de courses : une course de 7,5km réservée aux femmes et une course mixte de 15 km. J’ai longuement hésité entre les deux courses et j’ai finalement opté pour le 15km dans la mesure où j’ai commencé la préparation semi. Alors quoi de mieux que de s’exécuter sur cette distance pour entamer sérieusement mon programme. De plus, c’est ma seule course du mois de février alors je voulais mettre le paquet.

Cette course était cependant loin d’être évidente avant même d’avoir commencé. Je souffrais depuis 1 à 2 semaines de douleurs musculaires au tibia (probablement des inflammations aux périostes) sur chaque jambe, de manière très symétrique. Donc je ne me suis quasiment pas entrainée, préférant laisser mes jambes au repos en optant pour des séances sportives sans sollicitation. Au programme : cataplasme d’argile verte, Flector et massage au baume aroma pour pouvoir faire cette fameuse course. Mais il est clair que j’ai su seulement la veille si j’allais réellement la faire ou non. Sur cette édition, Teddy m’accompagne.

♦ Mes impressions sur le départ

« Advienne que pourra »

Nous sommes 750 pré-inscrits sur le 15km. Côté météo, il fait assez frisquet avec un vent léger mais le soleil est parmi nous, c’est déjà donc un bon point et cela motive. J’ai toujours du mal avec cette météo un peu spéciale en Bretagne où il ne fait jamais vraiment chaud mais jamais froid non plus. J’essaye d’adapter mes tenues en conséquence. Je décide aussi de tester les booster qu’Elsa m’a prêté afin de voir si cela peut m’aider au niveau des douleurs des mollets. La configuration du départ n’est pas la meilleure que j’ai connu : on est nombreux et pour accéder à l’arche de départ, cela reste compliqué. Donc, nous sommes partis dans le peloton de fin. Le départ est donné à 10h30, après un échauffement et beaucoup d’étirements, c’est parti.

C’est un départ en pagaille, la voie se rétrécie après 100 mètres ce qui crée un bouchon assez compact pendant quelques mètres. Je déclenche ma montre et à ma grande surprise, elle est complètement HS car le GPS part dans tous les sens et me comptabilise un nombre de kilomètres incroyables. Pour le coup, je suis assez déstabilisée dès le départ car j’avais l’intention de caler ma course sur un rythme bien précis (5’20 au kilomètre). Au final, ce n’est pas plus mal, je vais courir à la sensation.

♦ La course

« Une belle balade, un dimanche »

Courir en duo reste un choix. C’est rassurant pour moi car comme je me sais fragile physiquement, c’est important pour moi d’avoir un coach mental.

28-02-2016 17-27-12

Le parcours est composé d’une petite boucle dans le centre ville (2.3km) et ensuite d’une grande boucle qui passe dans la forêt sur du chemin (une partie de la forêt de Rennes). J’avais pris connaissance du parcours avant la course et j’avais dessiné ma stratégie avant. Y aller prudemment sur la première partie et lâcher les chevaux sur la 2ème partie plus roulante. Comme on peut le voir sur la description du parcours, ce n’est pas une course à relance mais une course assez monotone. Nous sommes passés par des phases de 2 à 3 km de lignes droites, enchainant faux plats, légères descentes, montées et descentes. En ayant beaucoup de visibilité au loin sur les autres concurrents devant. Au 5ème kilomètre, on nous indique que nous sommes à 26minutes. En effet, des bénévoles sont présents sur le côté avec leur chrono pour nous l’indiquer. J’ai trouvé cela génial et je ne l’avais jamais vu auparavant. Nous avons également Elsa avec nous qui nous supporte et capture de précieux moments malgré le froid glacial.

J’ai trouvé le reste de la course un peu ennuyant même si nous avons traversé de très jolis recoins de la forêt avec un soleil magnifique. Je pense que j’ai été assez régulière dans ma course tout en veillant à rester forte dans les faux plats et montées et de dérouler dans les descentes. Les difficultés ont fait rage jusqu’à 7,5km et la suite a été nettement plus agréable. De la belle descente et de quoi laisser rouler les gambettes au milieu des sapins. Cependant, c’est le moment aussi où j’ai augmenté un peu mon allure et j’ai tapé un peu plus dans le sol. Les douleurs qui m’avaient laissé tranquille se sont réveillées au 10ème kilomètre, accentuées aussi par une certaine fatigue physique due au manque d’entrainement mais cela n’a pas entaché pour autant ma bonne humeur. Le passage au 10ème kilomètre se fait en 51’24 ce qui est au dessus de mes objectifs donc je continue confiante.

A la sortie du 13ème kilomètre, on retrouve le centre ville et on quitte la monotonie sur un terrain descendant très agréable. C’est parti pour 2 kilomètres de bonheur jusqu’à un sprint final initié par Teddy pour passer la ligne d’arrivée. Je croise des visages connus comme Annick qui a couru sur le 7,5km et retrouve Elsa sur la ligne d’arrivée.

♦ Mon bilan de course

« Plus de peur que de mal »

J’étais partie peu confiante, pensant que mes inflammations n’allaient pas me laisser tranquille et qu’il aurait fallu ignorer la douleur mais au final je n’ai pas souffert hormis à la fin et c’était assez supportable. Je pense que les manchons ont fait du bien et j’avais rechaussé mes anciennes chaussures. On passe la ligne d’arrivée en 1h17m15s (temps réel 1h16mh43s) pour un objectif à 1h20 que je n’avais jamais réalisé. Ce qui constitue un nouveau record sur cette distance avec une forme moyenne. Au classement général, 393ème sur 741 et 17ème femme hors licenciées.

Donc mon bilan est très satisfaisant. Cela m’a permis de renouer avec la longue distance et de mesurer aussi de quoi j’étais capable. Avec patience, et raisonnablement, je vais essayer petit à petit d’améliorer mes chronos puisqu’à cette allure je n’étais pas en souffrance cardiaque, ce qui présage de bonnes choses pour un semi-marathon. Je n’ai pas trouvé le parcours exceptionnel car trop monotone à mon goût mais pour les personnes qui aiment ce genre de parcours rectiligne, je le recommande vraiment.

♦ Mes prochains défis sportifs

J’ai eu du mal à l’accepter mais j’ai compris que j’avais des limites physiques et que je suis sûrement rentrée dans une phase de sur-entraînement que mon corps ne supporte pas. J’ai toujours en ligne de mire le semi-marathon de Nantes le 17 avril 2016 mais je serais prudente. En attendant, je ferais une course en relais (5 ou 10 km) sur les 45km de Melesse le 12 mars (course nocturne) et j’ai pris rdv le 20 mars dans le parc des Gayeulles pour les 7,5km de la Rennaise. Avant le 12 mars, le maître mot est REPOS.

Sarah

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply
    Celine ACHV
    1 mars 2016 at 20 h 41 min

    Super chrono Sarah !!
    Bravo 🙂

    • Reply
      troisnenettes
      3 mars 2016 at 15 h 54 min

      Merci Céline. A bientot

  • Reply
    Thierryobjectifmarathon
    14 mars 2016 at 21 h 46 min

    Je suis d accord c est genial quand les bénévoles disent:vous etes 294 a 15 secondes du 293 eme… bon courage…. quand c est rectiligne et sans surprise ça a du bon parfois car du coup on peut suivre son plan de course sans accroc

    • Reply
      troisnenettes
      15 mars 2016 at 10 h 31 min

      Hello Thierry, merci pour ton retour. Tu m’as l’air d’être un bon compétiteur. Où en es tu dans ta prépa? A bientôt .

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    error: Content is protected !!