Nos courses

Retour sur les 10km de Noyal sur Vilaine

Ce dimanche 13 mai, Teddy et moi avions pris rendez-vous sur la course des 10 kilomètres de Noyal sur Vilaine. Décidés à la dernière minute, nous nous sommes inscris sur le challenge Elle et Lui. Le concept est simple : faire 10 kilomètres ensemble et passer la ligne d’arrivée ensemble. Cependant, pour des soucis d’organisation, nous n’avions pas anticiper la garde de notre fille. Du coup, après la validation auprès des organisateurs, on a décidé de courir non pas à deux, mais à trois ! Compte rendu sur notre première course officielle en poussette.

La course de Noyal sur Vilaine m’a toujours laissé un super souvenir. C’est un peu ma course de reprise du running puisqu’en 2015 j’ai accroché mon premier dossard de l’année en avril à Noyal. Et c’est surtout sur cette course que j’ai constaté que les premiers efforts de mes entraînements payaient. En conséquence, c’est un plaisir de revenir sur Noyal pour faire cette course en famille et en plus c’est top de pouvoir le faire en poussette car le parcours s’y prête bien. Depuis 2017, le parcours a cependant complètement changé et je ne connais pas le nouveau. Par contre Teddy oui.

Mes impressions sur le départ

Nous arrivons sur le lieu de course vers 9h45 pour récupérer nos dossards. Par chance, il fait un temps magnifique et nous allons pouvoir en profiter. Dossards récupérés, poussette bien installée, on décide de s’échauffer un peu. Le départ est prévu à 10h30 et vers 10h15, on décide de se rapprocher du départ. Pour des raisons de sécurité et de respect des autres coureurs, on se positionne dans le peloton de fin afin de ne gêner personne au départ. On est pas du tout dans l’optique de faire une performance. Clarysse commence à s’endormir gentiment alors je sens qu’on va pas l’entendre beaucoup pendant la course.

La course

Le parcours est constitué de deux boucles identiques de 5 kilomètres. Le président de l’ACHV Noyal nous explique que le parcours est roulant sur les 3-4 premiers kilomètres et qu’ensuite il y a un jolie côte avant de rejoindre le début de la deuxième boucle. Et celle-ci, j’en ai pas mal entendu parler…

Notre stratégie est simple, je pousse quand c’est facile et Teddy pousse quand c’est plus dur. Pour le début de la course, on alterne tous les kilomètres. Teddy pousse au départ car il est plus agile que moi et la foule forme un petit paquet. On ne voudrait pas blesser quelqu’un.

Les premiers kilomètres sont en effet très roulants. Le temps passe vite et avec la poussette on se laisse entraîner et notre vitesse moyenne est meilleure que ce que j’ai l’habitude de faire. J’ai un peu les flipettes de ne pas tenir mais difficile de ralentir le bolide. Peu importe, on se laisse guider et Teddy me soutient beaucoup. Le kilomètre 2 arrive rapidement et c’est mon tour de pousser. C’est plat et ça descend donc c’est un vrai bonheur. Le temps file à une vitesse. On discute un peu avec les coureurs qui sont amusés de nous voir avec notre poussette ainsi que tous les passants que l’on a croisé.

Kilomètre 3, Teddy prend le relais (on passe par Brécé avant de rejoindre de nouveau Noyal) et me redonne le bolide au kilomètre 4, là où les ennuis commencent. Arrivée d’un faux plat avant un petit ravitaillement. Je pousse sur la moitié et je donne le relais à Teddy car j’ai un peu peur de la fameuse côte à venir. Et j’ai eu raison. 800 mètres avant la fin de la boucle, ça monte et ça monte. Trop difficile de pousser pour moi alors que Teddy est hyper à l’aise avec la poussette. On commence à retrouver des supporters et c’est la folie pour nous. Les gens sont hyper bienveillants et amusés et nous ça nous amuse aussi. Après tout, c’est vraiment une expérience super ! Les 5 kilomètres arrivent, on repasse par l’arche d’arrivée sous l’animation de notre ami André qui nous redonne un coup de boost ainsi que Elsa.

Côté bébé, elle dort toujours, elle n’a rien vu de la première partie et je crois bien qu’on va finir comme ça.

Pour la suite, je suis rassurée, je connais le parcours maintenant et je sais quoi faire. En plus, je me sens bien. Je garde la poussette au début mais je manque un peu d’entrainement encore avec. Je ne suis pas toujours à l’aise avec le fait de courir sans pouvoir bouger réellement mes bras. C’est un peu perturbant. Pour le coup, je décide de laisser Teddy pousser jusqu’au kilomètre 9 et de reprendre sur la fin. On retrouve rapidement notre faux plat et ce dernier m’a un peu fait mal. Le finish va être difficile mais toujours bien accompagnée, je ne lâche rien. Je réduis un peu le rythme, raccourcis ma foulée et attaque la dernière côte au moment où Clarysse fait son apparition, tout sourire.

Derniers virages, on arrive rapidement sur la fin et on décide de pousser tous les deux. Belle arrivée, presque main dans la main ou plutôt accrochés à notre bolide pour finir en beauté à 3.

Mon bilan

Un immense bonheur de courir en famille. Cela n’a pas de prix et le chrono devient secondaire. On termine en 54m16s. On aurait pu mieux faire. J’étais en forme et j’étais bien mais j’ai pas osé. Comme d’habitude. Le principal, c’est le plaisir qu’on a eu en famille et en couple. Et moi, en tant que maman, quelle fierté car ce n’est pas toujours facile de tout concilier. C’est un pari qu’il faut tenir. Mais cette course nous a vraiment donné goût à recommencer.

On se classe 8 ème couple sur 13.

Mes prochains défis sportifs

A priori, on prendra le départ en couple de Elle et Lui – Rennes le 8 juin. Une course en couple de 10 kilomètres autour des étangs d’Apigné. En attendant, Teddy continue aussi les triathlons et moi mes entraînements croisés à vélo et course.

Quelques astuces pour bien réussir une course à poussette
  • Toujours faire valider auprès des organisateurs que c’est possible. Il en va de la sécurité de tous.
  • Avoir une poussette conçue pour, avec des roues tout terrain. Pour vous dire, je crois qu’on a crevé en cours de route 🙂
  • Vérifier l’état des roues et du gonflage avant de partir
  • Vérifier le bon fonctionnement du frein
  • Bien couvrir bébé : vous aurez chaud mais bébé pourra prendre le vent un peu plus facilement. Ici, il faisait 10 degrés et soleil et Clarysse était en combi-pilote. Évitez de stocker des jouets ou autre dans l’habitacle.

Alors, ça vous tente?

Sarah

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!