Nos courses

Retour sur le 20km du Déci Jogg

Jour de course dimanche dernier à Décines-Charpieu : la foule de participants s’est rassemblée sur la Place Roger Salengro sous un grand soleil printanier à l’occasion de la 19ème édition du Déci Jogg. Près de 500 coureurs sont attendus pour participer aux différentes épreuves organisées lors de cette matinée sportive qui me donnera l’occasion de découvrir la ville puisque je n’y ai jamais mis les pieds hormis pour aller voir un match au Stade des Lumières !

Au programme du jour : 10km ou 20km au choix, le 5 de cœur, course de 5km dont les bénéfices seront reversés à la ligue contre le cancer, et des parcours dédiés aux enfants et aux ados qui sont à première vue aussi motivés que leurs aînés ce dimanche matin !

Je décide de prendre part au 20km la semaine précédant l’événement. Ayant majoritairement participé à des courses avec dénivelé depuis le début de l’année, je me dis qu’une course nature sans difficultés majeures me donnera l’opportunité de changer une nouvelle fois de terrain de jeu, ce qui n’est pas pour me déplaire.

♦ Mes impressions sur le départ

« Toujours plus ! »

Le départ est prévu pour 10h de manière simultanée pour les participants du 10 et du 20km. L’horaire est raisonnable mais je me suis tout de même levée aux aurores car je n’étais pas sur Lyon la veille de la course. Avec la quantité de neige tombée lors de cet hiver exceptionnel, je n’ai pas pu résister à l’envie d’aller profiter une dernière fois des pistes la journée précédente, autant dire que mon état de forme n’était pas des plus optimales lorsque le réveil a sonné à 6h30 ce dimanche matin après seulement quelques courtes heures de sommeil et une journée de ski dans les pattes !

Néanmoins, le soleil rayonnant chaleureusement en ce début de journée, j’arrive à trouver la motivation nécessaire et je me suis donc rendue à Décines prête à en découdre pour parcourir ces 20km de course réalisés essentiellement du côté du réservoir du Grand Large. Arrivée sur place, je distingue directement les T-shirts orange des copains de Courir à Lyon que je vais saluer et je retrouve les athlètes du team Terre de Running présents pour l’événement. Dossard récupéré, sac déposé au vestiaire, vient l’heure de rejoindre l’arche de départ qui, pour le coup, subit un petit problème technique en s’effondrant juste avant le départ de la course 😀

♦ La course

« Seulement 20km, pense à ceux qui courent le Marathon de Paris
ou celui de Milan en ce moment même ! »

Après quelques minutes supplémentaires à attendre (dues au passage d’un tram sur un lieu de passage de la course  peu après 10h), le coup d’envoi est donné. J’évite de tomber dans le piège en gardant une allure modérée : en effet, nous partons en même temps que les concurrents du 10km et généralement, je me laisse facilement emportée par le rythme des coureurs qui m’entourent. Le parcours du 20km est composé de 2 boucles qui cheminent autour du Grand Large, un ancien réservoir d’eau construit pour alimenter une usine hydro-électrique désormais aménagé en tant qu’espace naturel prisé notamment par les amateurs de voile ou les pêcheurs.

Je découvre donc l’endroit sur le moment puisque je n’avais jamais eu l’occasion de me rendre à Décines depuis mon arrivée à Lyon. J’apprécie particulièrement ce début de balade car je trouve le lieu très sympa ! Nous arrivons rapidement sur la Passerelle du Grand Large et en observant le paysage, je repense à quelques souvenirs lointains puisque le plan d’eau me fait penser à l’étang d’Aleth où eurent lieu mes premiers entraînements en course à pied, situé dans le village dans lequel j’ai grandi.

Le temps est parfait pour participer à la course. Nous circulons autour du plan d’eau sous les rayons du soleil et j’ai de bonnes sensations lors des premiers kilomètres, je trouve même que mon rythme est peut-être un peu trop rapide ! J’aperçois le ravitaillement après la traversée d’un pont vers le 5ème km : il est déjà temps d’aller en direction du lieu de départ de la course vers lequel les participants du 10km vont se diriger. Quant à nous, nous bifurquons au 8ème km pour rejoindre la passerelle que nous traversons à nouveau pour effectuer une seconde boucle.

« La boucle est bouclée. »

La passerelle franchie, nous longeons le Grand Large avant d’emprunter quelques chemins de campagne environnants. L’atmosphère est différente : finis les immeubles du centre-ville, cette fois-ci nous passons à côté de petites fermes où se côtoient poules, chèvres et agneaux… le paysage est tout de suite plus pittoresque ! Je ne regrette pas de m’être inscrite car je trouve le parcours agréable. Cependant, je commence à ressentir légèrement les effets de ma journée sportive de la veille car les cuisses commencent à chauffer.

Je constate aisément le peu de concurrence qui se trouve face à moi sur ce 20km car je me suis retrouvée par moments relativement seule, les coureurs précédents se situant loin devant moi. Même constat en me retournant, je prends donc garde à ne pas me tromper de chemin et à bien suivre les panneaux sous peine de perdre un temps précieux par manque de concentration. Je vois tout de même un petit groupe de coureurs au loin donc une coureuse relativement identifiable grâce à son T-shirt rose.

Petit à petit, l’écart se resserre. Je croise Mathias, un bénévole qui participe régulièrement aux entraînements d’Urban Trail auxquels je me rends le mardi soir : celui-ci m’encourage ce qui permet à ma concurrente de remarquer ma présence. Elle accélère mais je me rends vite compte qu’elle fatigue et je la rejoins 3km avant que la course ne se termine. Nous échangeons quelques mots, j’apprends dès lors que je suis 3ème féminine ce qui me donne un  peu d’énergie pour parcourir ces derniers kilomètres. Physiquement, je sens que mes foulées sont de plus en plus lourdes, j’ai hâte de rejoindre l’arrivée car les efforts se font vraiment ressentir. Je pense d’ailleurs que les spectateurs ont pu le deviner ne serait-ce qu’en observant mes expressions faciales ! Les encouragements sont là, j’essaye de sprinter dignement sur les dernières dizaines de mètres me séparant de la ligne d’arrivée et je boucle ce 20km en 01:33:38 temps officiel.

♦ Mon bilan

« Dur physiquement mais  je n’aurais pas pu faire mieux !  »

Ayant quand même bien ressenti la fatigue physique lors des derniers kilomètres, je suis plutôt contente de ma prestation car j’ai été au bout de l’effort que je pouvais générer sur le moment. Je sais pertinemment que j’aurais pu faire mieux en grappillant quelques minutes si les conditions en amont avaient été plus favorables mais pour le coup j’avais vraiment envie de profiter de mon week-end, quitte à ralentir la cadence lors de la course en finalité.

Je termine le 20km de cette 19ème édition du Déci Jogg à la 39ème place sur 133 participants et en me hissant à la 3ème place du podium féminin.

♦ Mes prochains défis sportifs

Je ne sais pas encore si je m’alignerai au départ de certaines courses d’ici là mais dans tous les cas vous pourrez me retrouver lors de la prochaine édition de l’Ultra Boucle de la Sarra le 26 mai prochain.

Lassant de courir 6h durant en accumulant du D+ dans les gambettes ? Absolument pas ! J’avais adoré y participer l’année dernière (retrouvez mon compte-rendu ici) donc la date est évidement fixée depuis un certain temps dans mon agenda. N’hésitez pas à venir nombreux pour nous encourager !

 

Justine

 

Crédit photos Maxime Jegat et Radio Parilly

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!