Nos courses

Retour sur la Thoréfoléenne

Ce week-end avait lieu la 36ème édition de la Thoréfoléenne. Comme son nom l’indique, c’est un événement qui se déroule à Thorigné-Fouillard, à coté de Rennes et rassemble les fidèles coureurs autour de plusieurs formats de course. Cette année, Sarah prenait le départ du 7.5 kilomètres à 9h30.

Ce dimanche 25 février, le rendez-vous était donné près de Rennes pour participer à la Thoréfoléenne. 2 épreuves sont possibles : un 7.5km féminin et un 15km mixte. N’ayant pas renoué avec la longue distance depuis plus d’un an, il était préférable de me lancer sur la plus petite distance. C’est une course à 75% sur route et 25% chemins. Cette année, 119 femmes ont pris le départ.

Mes impressions avant le départ

« gla-gla-gla»

Grand week-end de froid annoncé, il va donc falloir sortir les grands moyens pour ne pas geler sur place. Lors de ma dernière course, j’étais cependant trop couverte et j’ai surchauffé. Pour le coup, je ne ferais pas la même bêtise. Le thermique sera quand même mon ami ! Un legging long, mon t-shirt du Sobhi Running Club et le tour est joué. Ah oui .. j’en oublie le principal, une paire de gant et un bandeau sans quoi je vais vraiment avoir froid. Température extérieure : 1 degré. Ressenti : beaucoup moins 🙂 .

Je m’échauffe gentiment avec mon beau-père qui m’accompagne à vélo et le tour est joué. Je retrouve mes copines de course et c’est parti pour 7.5km de bonheur sous le soleil breton.

La course

« pas d’objectifs, juste le plaisir de courir»

La course est constituée de deux boucles. Une petite de 1,250km et une plus grande. On repasse donc au point central de la course assez rapidement. Je partage mes premiers kilomètres avec mes copines de course Christine et Virginie. On a tout partagé avec Virginie : beaucoup de courses à pied avant la grossesse, une grossesse en même temps, et la joie de découvrir la vie de maman puisque nos bébés ont un mois d’écart. C’est toujours un plaisir de les voir avec son conjoint. D’ailleurs, les papas nous encouragent au bord de la route avec nos bébés et c’est un vrai bonheur de les voir une fois qu’on a fait la première boucle.

On papote un peu mais le début de la course n’est pas si simple. Il y a 3 ou 4 faux plats très traites et je décide rapidement d’arrêter mes blabla pour me concentrer sur la course. Mon beau-père est à côté de moi à vélo. C’est une source de motivation supplémentaire en cas de défaillance. Et des défaillances il y en a toujours : je ne me fais pas confiance, je m’écoute trop, et sur ce coup-là, j’ai la crève !

J’arrive quand même à trouver mon rythme de croisière et profite du paysage avec ce soleil. On en a tellement manqué. Je ne regarde pas trop mon chrono puisque de toute façon je n’ai pas d’objectifs. Je ne suis pas très en forme donc j’ai pas vraiment l’intention d’aller me faire mal. Virginie est devant et je pense que Christine est derrière moi.

Jusqu’au 4ème kilomètre, les faux plats s’enchaînent. La course propose une partie chemin vers la Hutte de la Grippe et le petit Gaudrier. C’est ma partie préférée. La nature chantonne et ça sent bon. Autant j’ai été une grande fan de la course sur route, autant aujourd’hui j’aspire de plus en plus à courir avec la nature.

Sortie de cette partie chemin, on arrive rapidement au 6ème kilomètre et j’entends mon beau-père qui discute avec Christine derrière moi. Je décide de faire quelques mètres avec elle mais elle en super forme et décide d’accélérer. C’est à ce moment-là que je ne peux plus avancer car j’ai une crampe abdominale. Un grand classique depuis que j’ai eu un bébé. Je prends mon mal en patience et cela passe. Plus tard, Christine me fera remarquer que j’ai bu de l’eau fraîche pendant la course et que c’est surement la cause.

Pour le coup, je termine difficilement mais André (le mari de Christine) me récupère en chemin pour me porte jusqu’à l’arrivée.

Mon bilan

Je boucle cette course en 40.41 (37 sur 119). Contente du résultat malgré tout. C’est moins bien qu’à Saint-Grégoire mais c’est bien quand même. Et puis, quand on ne s’entraîne pas trop ou pas sérieusement, on ne peut pas se permettre d’être déçue. En ce moment, c’est moins mon sport plaisir. Je cours pour l’entretien général mais je ne suis pas à la recherche de performances.

Mes prochains défis sportifs

Cette année, l’ASPTT Rennes organise un week-end de course avec plusieurs épreuves dont la nocturne Virgin Radio le 17 mars 2018. Ces courses ont lieu dans le parc des Gayeulles à Rennes. J’ai donc choisi de tester la nouveauté de cette édition et je prendrais le départ de la nocturne. C’est un 10 kilomètres, distance que j’ai peu courue ces derniers temps et qui plus est, de nuit. Un nouveau challenge pour lequel il me reste peu de temps au final. Mais le maître-mot reste plaisir.

La grossesse n’est pas si loin et les capacités ne sont pas toutes retrouvées. Patience et rigueur devront être mes meilleures alliées pour la suite.

Sarah

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

error: Content is protected !!