Nos courses

Retour sur la nocturne Virgin Radio – La Rennaise

La Rennaise est un événement sportif organisé par l’ASPTT Rennes depuis 35 ans. Cet événement, qui a lieu au parc des Gayeulles, propose 6 épreuves réparties du samedi au dimanche : une marche nordique de 9km, une course nocturne de 10km le samedi soir, une course de 15km, une course féminine et une course mixte de 7,5km et enfin une course pour les enfants. Cette année, la grande nouveauté c’est la nocturne Virgin Radio dont j’ai pris le départ samedi soir à 19h15.

L’année 2018 devait être une année marquée de découvertes et de nouveaux terrains en termes de course à pied. En ce sens, je refais les courses que j’ai beaucoup aimé et pour le reste, je teste de nouvelles choses. En 2016, j’avais réalisé un très beau chrono sur le 7.5km de la Rennaise me classant 19ème féminine en 37m16s (Compte-rendu de la vanilla fitness 2016). Cette course m’avait particulièrement plu. Cette année, quand j’ai su qu’il était possible de courir de nuit pour la première fois dans le mythique parc des Gayeulles, j’ai de suite sauté sur l’occasion. Dossard en poche, me voici parée pour une belle soirée de course avec mon compagnon qui m’accompagne.

Mes impressions avant le départ

La course est à 19h15. C’est une nouvelle expérience puisque je ne me rappelle pas avoir déjà couru à cette heure-ci. Dans la nuit, oui, mais pas à l’heure théorique du repas. J’ai donc tout misé sur le gouter pour envoyer le jus après. Pour me préparer, je suis toujours bien accompagnée : Teddy et son papa sont avec moi, on a fait le voyage ensemble puisque Clarysse est gardée par sa mamie. La course et sa logistique c’est vraiment une histoire de famille et c’est une chance pour nous que de les avoir.

Côté météo, on a beau être à quelques jours du printemps mais le froid et l’humidité sont bel et bien parmi nous. Il faut sortir couverts et bien s’échauffer pour ne pas se blesser. Surtout que le parcours est un parcours nature et que les « dangers » sont un peu plus présents. Le temps de retrouver nos amis habitués des terrains sportifs et il est déjà temps d’aller se placer pour le départ qui sera donné à 19h20 finalement.

Mes impressions sur la course

« Oh les belles lucioles »

Le parcours est composé de deux boucles de 5 kilomètres strictement identiques. Ce qu’il faut savoir c’est que le parc des Gayeulles proposent plusieurs types de terrains sauf du bitume : du sable, du gravier, du chemin ou encore de l’herbe (les plus courageux peuvent même se tremper les pieds). Même si j’ai déjà couru dans ce parc, c’est toujours une découverte pour moi car je suis très mauvaise quand il faut m’orienter.

Le départ donné, on pénètre directement dans la forêt. Au début, c’est un peu étroit et je me sens pousser des ailes pour doubler. C’est surtout que je ne veux pas décevoir Teddy qui coure avec moi. Il n’arrête pas de dire que pour lui c’est un entraînement alors j’ai aussi envie de lui montrer qu’il peut en baver aussi (mais comment j’ai pu avoir cette idée farfelue 🙂 ). Les 2 premiers kilomètres sont plutôt roulants sur les chemins et malgré une petite traversée sur une mini plage de sable, je tiens bon. Rapidement, le parcours est changeant avec de jolies bosses. Cela monte et cela descend aussi sec pour remonter et redescendre. Le ton est donné, je vais morfler ! Surtout que je fais la maline et que je ne veux rien lâcher.

Deuxième petit défi : Une montée de gravier, un atterrissage dans l’herbe bien mouillée et grasse (avec plein de trous dedans) tout en franchissant 3 talus de foins à 10 mètres d’intervalles chacun pour finir par une montée. La combinaison infernale. Autant sur la première boucle j’étais fraîche mais sur la deuxième j’ai cru que j’allais élire domicile dans le foin !

A ce stade, on arrive à la moitié de la première boucle et le petit tour en forêt reprend son cours. C’est toujours assez roulant tant qu’on est sur les chemins et puis franchement avec la nuit, j’ai aucune notion du terrain. J’ai l’impression d’aller vite en fait. Et quand je demande à Teddy si on va vite, il me dit « on est à 5,50 du kilo »… bahhhhhh j’ai plus toute ma tête moi ! Pour autant, je ne suis pas si mal car j’ai doublé pas mal de monde.

Au loin, on entend de la musique … Il va y avoir de l’ambiance sachant que sur tout le parcours les bénévoles sont réchauffés malgré le froid. Ils nous encouragent avec leurs néons colorés dans les mains.

Rapidement, on arrive à l’endroit de la fête sous le préau où se trouve les tags (peut-être a-t-il un nom que j’ignore). Il faut courir dans l’herbe, encore, un vrai casse-pattes surtout que ça monte encore pour y aller. Il y a un DJ qui passe du très bon son et j’apprécie vraiment ce petit moment. On le remercie et on trace notre chemin pour finir cette boucle. Ici c’est magnifique, il y a une vue qui surplombe une partie du parc et avec tous les coureurs qui portent des lampes, c’est superbe. On dirait un ciel d’étoiles avec plein de petites lucioles. Je regrette de ne pas avoir pris plus le temps de les observer.

Mon guide me signale que le terrain reste roulant jusqu’au point de ralliement au départ. On traverse un terrain de baseball où se trouve encore des petites bosses. La boucle se termine sur 400mètres de pistes.  Mais pour le coup, je n’ai fait que 5 kilomètres et je sais déjà ce qui m’attend pour la suite.

La deuxième boucle s’est un peu moins bien passée. Mon dos commence à me faire de nouveau souffrir et je n’ai plus de jambes mais pour autant je reste motivée. Je m’accroche coûte que coûte à chaque obstacle (plage de sable, double bosse, talus de foin, gravier, faux plats..) et termine main dans la main avec mon Teddy et son papa non loin, toujours là dans les meilleurs moments.

Course bouclée en 55m41.

Mon bilan

« Première édition au top ! »

Je me classe à la 182ème place sur 361. 16ème de ma catégorie et j’en suis plutôt contente. Je me suis très peu faite doublée au final et j’ai réussi à maintenir le cap. Je pense que sur un 10 kilomètres classique, j’aurais pu descendre sous les 53 minutes. Cependant, physiquement, j’ai peiné sur la fin et j’ai même eu du mal à rentrer à la voiture et marcher. J’ai toujours cette même douleur (semblable à une sciatique et qui ressemble à celle que j’avais pendant ma grossesse) au dos et que l’on traite depuis des mois. A surveiller car cela peut justifier un arrêt de la course à pied.

Concernant la course, c’est une véritable réussite. Un parcours vraiment original et sympa ! L’organisation a été au top !

Mes prochains défis sportifs

Normalement, je cours l’ekiden de Tourlaville en trio le 1 avril 2018. Le but est de faire un marathon à 3. Le tout dépendra de mon état général à pouvoir le faire. Ma priorité c’est de pouvoir faire la starting Girl de Nantes le 7 avril et le Rennes Urban Trail le 22 avril.

Sarah

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

error: Content is protected !!