Nos courses

Retour sur l’Ardèche Run

L’Ardèche… coup de cœur pour la région et la qualité de ses paysages lorsque j’y ai séjourné pour la première fois l’année de mes 16 ans.  C’est avoir plaisir que j’ai redécouvert ce département il y a de cela quelques mois lors d’un week-end touristique: dès lors, impossible de ne pas vouloir s’inscrire à l’Ardèche Run après avoir pris connaissance de cette course !

Un parcours fabuleux, des paysages à couper le souffle et l’ambiance ardéchoise en prime ? C’est bien ce qui est annoncé lorsque je découvre le site internet dédié à l’événement. Pas besoin d’en savoir plus pour décider de m’inscrire, d’autant plus que les copains sont clairement partant pour participer eux aussi à cette première édition, c’est parfait ! Du Pont d’Aubenas jusqu’au village d’Antraïgues mis en lumière grâce à Jean Ferrat en passant par Vals-les-Bains et la vallée de la Volane, c’est au cœur des Cévennes ardéchoises que nous allons unir nos efforts sur un tracé de 22 km loin d’être monotone. Les prévisions annonçant un temps radieux, les conditions étaient donc réunies pour passer un moment sportif plus qu’agréable !

 Mes impressions sur le départ

« C’est parti pour un run touristique ! »

Dossards récupérés la veille, nous arrivons une heure avant le début de la course sur le lieu de départ. Munies de nos serre-têtes à paillettes offerts par Aurélie, nous dénotons parmi la foule de coureurs plutôt bien équipés ! Heureuse de courir en terres ardéchoises, je n’ai absolument aucune stratégie concernant la course à venir. J’ai juste envie de profiter du panorama et de l’ambiance qui, je l’espère, sera à la hauteur de mes espérances. Camille et Lilie décident de courir ensemble tandis que JB, Elie, Arnaud et moi décidons d’y aller tranquillement, sans pression.

Vient l’heure de se placer derrière la ligne de départ après un échauffement collectif plus qu’efficace effectué dans la bonne humeur. Les dernières consignes sont données, chaque coureur laissant des déchets sur son chemin se verra disqualifié : belle initiative ! La musique nous plonge tout de suite dans l’ambiance avant que le compte à rebours ne soit lancé :

3, 2, 1… c’est parti pour ce semi-marathon novateur et prometteur !

 La course

« Bien plus qu’un semi-marathon ! »

Les premiers kilomètres de la course sont annoncés comme étant roulants. En effet, accompagnée du trio masculin du groupe, nous sommes loin d’avoir effectué un début de course que l’on pourrait qualifié comme étant « tranquille » puisque mon allure oscille entre 4:35min et 4:45min au kilo. Je me dis que c’est un peu rapide et qu’il vaudrait mieux ralentir mais les sensations sont tellement bonnes qu’il est dur de se raisonner dans de telles conditions. JB, mon binôme de l’Ultra Boucle de la Sarra avec qui j’avais couru les 10km de l’Horloge 3 semaines auparavant disparaît petit à petit, Arnaud prend de l’avance mais reste dans ma ligne de mire et je reste avec Fafa sur ces premiers kilomètres en direction de Vals-les-Bains.

Les ardéchois sont venus en nombre, chacun y va de son petit mot pour nous encourager : les prénoms sont inscrits sur nos dossards et c’est toujours un petit plus qui met du baume au cœur lorsque les encouragements sont personnalisés. Comme d’habitude je tape dans les mains, je réponds aux spectateurs… j’adore interagir avec les gens venus nous soutenir 🙂 Entre les mots écrits sur le sol et les banderoles, certains ont des supporters de choc ! Dans chaque petit hameau les gens sont présents : les seniors devant leurs jolies maisons typiques, certains spectateurs avec des cloches, d’autres avec leurs instruments de musique… pas le temps de s’ennuyer ou de trouver le temps long grâce à ce parcours animé.

Vers le 9ème kilomètre, nous arrivons à l’endroit où les coureurs en relais se transmettent leurs bracelets. Romain, qui organise les sessions Urban Trail à Lyon auxquelles j’assiste quasiment tous les mardis et qui court en relais, est là pour nous encourager après avoir fini sa course alors que les choses sérieuses commencent pour nous ! Les 10 premiers kilomètres passent à la vitesse de l’éclair. Le faux-plat ascendant ne m’handicape pas plus que ça et je parcours ces 10km en 48min. Seulement, je sais que le plus dur reste à venir…

 

« Moment qu’on vit via l’effort, moment convivial et fort. »

Nous continuons notre chemin en parcourant les routes en lacets menant jusqu’au fameux volcan de Craux. En bas de la montée, les encouragements se font plus intenses… et j’ai compris pourquoi au bout de quelques minutes ! Portée par le soutient des spectateurs, je garde la cadence et je commence donc à doubler un certain nombre de concurrents. L’un d’entre eux me demande si c’est mon couvre-chef qui me fait courir plus vite : mais c’est une évidence ! Quelle question 😉 Je double aussi un coureur qui promène son fils en poussette. M’ayant doublé sur du plat, il a l’air de peiner dans la côte pendant que l’enfant dort paisiblement durant sa balade ! Par contre, je perds mon coéquipier au ravitaillement et continue mon périple seule…

Je commence également à peiner au fur et à mesure que nous prenons de l’altitude. Je décide alors de marcher par moments pour ne pas trop me fatiguer car je sens que côté cardio, le cœur palpite un peu. N’aimant pas spécialement « courir au ralenti » dans les montées, je décide d’aborder cette ascension en faisant du fractionné (cf : voir graphique au-dessus, l’image est parlante ! ) en alternant marche rapide et course rythmée. Forcément, je double un groupe de coureurs qui me redouble et ainsi de suite jusqu’à ce que l’un d’entre eux décide de me conseiller quant à la technique de course que je devrais avoir lors de cette difficulté : « Tu devrais courir plus doucement, ça t’éviterait de marcher après ». Que dire… pour moi marcher lors d’une course avec dénivelé est loin d’être rédhibitoire. Au contraire, je trouve qu’il est plus judicieux de marcher par moments pour garder du jus par la suite. Bref, après lui avoir répondu que j’avais l’habitude de fonctionner ainsi, sa petite réflexion m’a motivé et je l’ai donc distancé comme il fallait 😀

Les 4 kilomètres d’ascension terminés, je vois une arche qui se dessine au loin à côté du château de Crau en haut du volcan. Il y a foule ! Les paysages sont superbes. Les encouragements rendent mes jambes plus légères et je passe l’arche sans m’arrêter au ravitaillement quand soudain JB fait son apparition à mes côtés, pénalisé par des nausées récurrentes lors de la course. Je vois aussi Arnaud quelques dizaines de mètres devant nous ce qui nous donne l’occasion de prendre la pose tous les trois devant l’un des photographes présents le long du parcours avant d’entamer la descente. Je sais que je suis 6ème féminine quand je vois une femme au loin devant moi. La descente me donne des ailes, je retrouve un bon rythme et la double vers le 17ème kilomètre. Elle ne lâche rien et s’accroche à mon allure mais je finis par la distancer. Je me sens bien et je sais que ça sera le cas jusqu’au bout malgré le dernier kilomètre ascendant que j’arrive à percevoir au détour d’une colline : la vue sur le village d’Antraïgue est magnifique. J’encourage quelques coureurs lors des derniers efforts à générer et avec une arrivée digne d’un Tour de France, je franchis la ligne en 1:52:28 Temps officiel.

 Mon bilan

Ravie d’avoir pu participer à cette première édition de l’Ardèche Run qui, pour moi, est une réussite totale : avec une organisation et un parcours au top, un rapport qualité/prix plus qu’honorable (T-shirt, chapeau, crème de marrons, échantillons divers, super ravito, photos non-payantes, live des participants…) et surtout des ardéchois sur-motivés pour nous encourager, j’ai déjà envie de m’inscrire pour l’année prochaine !

En finissant à la 98 position face à 590 autres coureurs, je termine 5ème/178 du classement féminin et 1ère des seniors femmes. Très contente donc, sachant que je me suis inscrite à cette course pour profiter avant tout du cadre ardéchois, sans avoir pour objectif de performer. Ayant fini première des SEF, j’espère qu’il n’y a eu qu’un podium féminin au scratch sinon je risque fort d’avoir loupé un joli moment post-course, étant partie rapidement après l’événement ! Quoiqu’il en soit ce fut un très beau moment sportif entre copains et une étape bien sympathique a réaliser dans le cadre de ma prépa-marathon.

 Mes prochains défis sportifs

Rendez-vous pris ce dimanche pour le semi-marathon du Run In Lyon, l’objectif étant de battre mon record personnel sur la distance. Vais-je passer sous la barre des 1h40 ? Réponse dans moins d’une semaine 🙂

 

Justine

 

You Might Also Like

7 Comments

  • Reply
    faustine
    26 septembre 2017 at 12 h 39 min

    Bravooooo ! ton récit donne envie de s’inscrire pour la prochaine édition… et que dire de tes perfs ?? elles donnent de la motivation pour bosser encore et encore 🙂

    • Reply
      troisnenettes
      29 septembre 2017 at 12 h 48 min

      Merci Faustine ! C’est super gentil ça 🙂
      N’hésite pas pour la prochaine édition, personnellement je pense que je réitérerai l’expérience, c’était top !

    • Reply
      troisnenettes
      29 septembre 2017 at 12 h 48 min

      Merci Faustine ! C’est super gentil ça 🙂
      N’hésite pas pour la prochaine édition, personnellement je pense que je réitérerai l’expérience, c’était top !

  • Reply
    Marina
    28 septembre 2017 at 10 h 29 min

    Un grand merci Justine pour ce retour d’expérience de l’Ardèche Run, et un immense bravo pour cette belle perf!
    Les photos parlent d’elles même, et tu as l’air plutôt très en forme sur celle qu’on a récupéré!
    On est vraiment ravis que tu ais apprécié à la fois le parcours et l’ambiance, parce que c’était exactement notre objectif!
    On espère te revoir en 2018 😉
    Belle journée!
    Marina, Ardèche Run Organisation.

    • Reply
      troisnenettes
      29 septembre 2017 at 12 h 50 min

      Merci Marina, comptez sur moi pour l’année prochaine 😉
      Un grand bravo à vous pour l’orga, c’était super !

  • Reply
    Steph TRIPOT
    28 septembre 2017 at 10 h 30 min

    Merci pour cet article très bien écrit.
    Quand on imagine un événement comme celui-là pendant presque 2 ans, ça fait chaud au cœur de se plonger à l’intérieur de la course grâce à un récit comme celui-là.

    Merci beaucoup !

    Stéphane
    Organisateur de l’Ardèche Run

    • Reply
      troisnenettes
      29 septembre 2017 at 12 h 55 min

      En effet j’imagine que cela doit être très prenant d’organiser une course comme l’Ardèche Run, défi réussi en tout cas 🙂
      Vous y avez mis du cœur et cela s’est vraiment ressenti !

      Merci à vous pour cet événement qui valait le déplacement, je reviendrai sans hésiter pour participer à la prochaine édition !

    Leave a Reply

    error: Content is protected !!