Nos courses

Retour sur la Foulée des Monts d’Or

Qui dit nouvelle année, dit nouveaux objectifs ! Ma première course de 2016 a eu lieu dimanche dernier et dans une volonté d’amélioration toujours plus forte concernant mon endurance physique, je me suis alors inscrite à la Foulée des Monts d’Or. Course décrite comme étant un parcours vallonné de 24 kilomètres avec un dénivelé positif de 600 mètres, c’était l’occasion parfaite pour moi de tester mes capacités sur une distance jamais parcourue en course officielle. 

Non seulement cette course s’avérait être un beau challenge mais elle se démarque aussi par sa singularité puisqu’elle traverse 9 villages typiques des Monts d’Or offrant de magnifiques points de vue sur Lyon et la Vallée de la Saône mais aussi sur les Alpes et le Mont Blanc lorsque le temps le permet. Autant dire qu’il s’agit là d’une distraction non négligeable afin d’oublier le cumul des kilomètres engrangés durant la course !

FullSizeRender

Après avoir été chercher mon dossard la veille pour repérer les lieux, je me suis donc rendue le dimanche matin à Couzon-aux-Monts-d’Or, ville de départ et d’arrivée située près des rives de la Saône sur l’un des versants des Monts d’Or.

♦ Mes impressions sur le départ

«  Trop de brouillard, ça va être difficile d’observer le Mont Blanc !  »

Et oui, une jolie purée de pois régnait dans la région en cette matinée dominicale. Il devient tout de suite moins aisé de distinguer les façades en pierres dorées qui caractérisent si bien ces villages de l’agglomération lyonnaise. J’observe les autres coureurs qui peu à peu se dirigent vers l’arche de départ : certains m’ont l’air aguerris, je me dis tout de suite que je vais avoir à faire à de sérieux concurrents ! La course étant ponctuée de côtes et de pentes sur routes et chemins, je n’ai aucune idée du temps que je vais pouvoir mettre pour réaliser le parcours… je ne sais d’ailleurs pas comment je vais gérer ces changements de dénivelé ! La première partie de la course est à priori la plus complexe avec l’ascension du Mont Thou, je me dis alors que je vais démarrer tranquillement… il est 9h, le coup de feu est donné : c’est parti pour un périple de 24 kilomètres !

FullSizeRender_3

♦ La course

«  Ah oui, niveau dénivelé on est servi !  »

Quelques instants après avoir démarré la course, une première montée apparaît au loin : ça commence déjà ! J’essaye de garder un rythme de croisière plus lent que mon allure habituelle car je n’ai pas envie de subir ma course lors des derniers kilomètres en ayant puisé toute mon énergie dès les premières foulées. Petit à petit nous prenons de l’altitude et ce, jusqu’à surplomber les voiles nuageux présents dans la vallée. Un beau ciel bleu nous guide alors vers les hauteurs mais je commence à avoir un peu chaud à force de grimper !

Pour contrer la fraîcheur hivernale, j’avais pris avec moi mes gants, mon tour de cou et mon bandeau, finalement je décide de tout enlever à l’approche du 6ème km. Mon corps est bien échauffé, j’accroche le tout à mon porte-dossard en essayant de continuer à trottiner tant bien que mal dans les montées… chose qui s’avère compliquée par endroits : comme de nombreux coureurs autour de moi, je change d’allure pour passer à la marche rapide. J’en profite pour m’hydrater lorsque je ne cours pas pour reprendre des forces.

IMG_6885

FullSizeRender

Arrive le 11ème km : les participants qui courent en binôme passent le relais à leur coéquipier. Quant à moi, je continue mon chemin en me disant que le plus dur est derrière moi : je réalise ce début de course en 1:03:45.

« Comment allier course à pied et tourisme… »

Je pensais que j’allais être plus en difficulté lors de la seconde partie de la course, l’effort physique se faisant ressentir plus intensément… et bien absolument pas ! Après les montées viennent les descentes, j’ai donc pu lâcher les chevaux et me faire plaisir dans les pentes, tant et si bien qu’en regardant ma vitesse sur ma montre je me suis demandée si je n’y allais pas trop fort… faire du 15km/h à la moitié de la course : pas très judicieux ! Seulement les jambes suivaient et je me sentais réellement bien. C’est d’ailleurs dans ces moments que j’ai doublé bon nombre de concurrents.

Un à un nous avons traversé les villages faisant parties des Monts d’Or et je dois dire que ce fût très agréable de visiter, rapidement certes, ces bourgades que je ne connaissais pas, exception faite de Saint-Romain-au-Mont-d’Or où j’avais déjà été me balader et découvrir la Demeure du Chaos près de laquelle nous sommes passés. Les kilomètres ont défilé sans que je m’en aperçoive car j’étais sans cesse aux aguets, à regarder les paysages que m’offrait ce parcours vallonné.

IMG_5387

Lors des ultimes kilomètres, je commence tout de même à sentir que mon corps commence à fatiguer : grimper les côtes devient de plus en plus dur, ça commence à tirer. À 5 km de l’arrivée, je me mets à marcher dans l’une d’entre elles qui n’en finissait pas lorsqu’un coureur me tape sur l’épaule et m’encourage à ne rien lâcher. Un grand merci à ce monsieur car il m’a totalement reboosté ! J’ai parcouru les derniers kilomètres en donnant vraiment tout ce que je pouvais. J’entends au loin une fanfare, retour au point de départ : je franchis l’arche d’arrivée en 02:03:39 temps officiel (02:03:33 temps réel).

♦ Mon bilan

« Pour bâtir haut il faut creuser profond.  »

Je termine 196ème/589 participants et finis notamment à la 10ème place du classement féminin (4ème des femmes Seniors). Pour une course de cette distance avec ce niveau de difficulté je dois dire que je suis la première étonnée concernant le temps que j’ai pu réaliser. Quand je pense qu’il y a de cela quelques années j’étais fière de réussir à courir 5 km sans m’arrêter… à l’évidence les efforts et la constance payent ! Pour ma part, l’important réside dans le fait que je ne me suis pas sentie au bout de mes capacités passée la ligne d’arrivée. Cette course s’inscrit donc dans une logique de progression continue et je compte bien persister à me fixer des challenges qui me semblaient inatteignables auparavant 🙂

FullSizeRender_4

♦ Mes prochains défis sportifs

Ma prochaine course aura lieu le 21 février lors des foulées de Saint-Priest durant lesquelles je participerai au semi-marathon. Mon objectif ? Battre mon record personnel et essayer de passer sous la barre des 1h45… On y croit !

Justine

Crédit Photo : Yann Coric

You Might Also Like

18 Comments

  • Reply
    Alex
    26 janvier 2016 at 14 h 49 min

    Bravo Justine, pour ce moment partagé. Je t’avoue qu’à te lire, j’avais mal dans les montées aussi… C’est une belle expérience pour préparer ton semi…. A quand le marathon ?

    • Reply
      troisnenettes
      26 janvier 2016 at 14 h 55 min

      Merci pour ton commentaire Alexandra ! Et bien justement, en allongeant au fur et à mesure les distances et en augmentant le niveaux de difficulté régulièrement, mon objectif à terme est de parcourir un marathon… peut-être en fin d’année si je me sens prête d’ici là 🙂

  • Reply
    Thierryobjectifmarathon
    26 janvier 2016 at 18 h 41 min

    Magistralement raconté ce qui me fait regretter amèrement mon impasse sur cette course. Ton récit me rappelle le 8 eme km du semi de lyon qui passait un peu au debut des monts d’or…. je suis en manque de paysage… j oscille entre les trails et l objectif marathon. Grâce a toi je ferai cette course l’année prochaine

    • Reply
      troisnenettes
      27 janvier 2016 at 2 h 00 min

      Merci beaucoup pour ton commentaire Thierry !
      Les trails peuvent pleinement intégrer une prépa marathon en la rendant moins monotone justement ! Je pense faire le trail Rhône-Saône de Caluire le 13 mars, ça me tente bien. En attendant rendez-vous à Saint-Priest le 21, on va battre nos RP je le sens 😉

  • Reply
    Morgane
    26 janvier 2016 at 22 h 17 min

    Wow ! Eh bien Justinou tu m’épates !
    Ca doit être sacrément physique ! Déjà 24km c’est méga respect mais alors avec des reliefs comme ceux-ci … Félicitations !!! 😀

    • Reply
      troisnenettes
      27 janvier 2016 at 2 h 02 min

      Merci Morganou ! C’était physique mais faisable, la preuve 😉

  • Reply
    FireRasta
    27 janvier 2016 at 4 h 35 min

    Je découvre le blog depuis peu.
    Félicitations pour la perf et récit très sympa à lire 🙂

    • Reply
      troisnenettes
      28 janvier 2016 at 12 h 03 min

      Merci à toi FireRasta 🙂

  • Reply
    Bertrand
    27 janvier 2016 at 17 h 00 min

    Je te le redis ici mais belle course. Je te souhaite maintenant de bien récupérer et de te diriger vers tes autres objectifs avec la même réussite. Si tu veux partager quelques sorties trail dans les monts d’or, n’hésites pas ce serait avec plaisir.

    • Reply
      troisnenettes
      28 janvier 2016 at 12 h 11 min

      Merci encore Bertrand, j’ai lu ton compte-rendu et il m’a replongé dans la course ! C’était vraiment un très bon moment à passer et ce fût une jolie manière pour moi de découvrir les Monts d’Or. Je suivrai tes aventures avec intérêt et pour une sortie trail pourquoi pas, ça pourrait m’intéresser 🙂

  • Reply
    Margaux
    28 janvier 2016 at 11 h 45 min

    C’est fou mais ça me donne bien envie de la faire cette course un jour… En tout cas, bravo pour ton temps !!!

    • Reply
      troisnenettes
      28 janvier 2016 at 12 h 20 min

      Merci Margaux, cette course vaut le coup c’est indéniable 😉 J’ai lu ton article sur tes débuts en tant que runneuse et on sent ta motivation à travers tes mots, comme tu le dis courir est un véritable mode de vie ! Bon courage pour ta prépa semi !

  • Reply
    Sandrine
    9 février 2016 at 15 h 25 min

    Bravo !! 24 km c’est loin d’être une distance facile à courir, encore moins quand le parcours est vallonné ! Bonne préparation pour le semi de Saint-Priest ! Avec les distances que tu cours et la volonté que tu sembles avoir, nul doute que le marathon te donnera rapidement envie ! 🙂

    • Reply
      troisnenettes
      11 février 2016 at 15 h 47 min

      Avec 24 km on est encore loin des 42 mais petit à petit je compte bien me donner les moyens d’y arriver… 😉
      Merci pour les encouragements !

  • Reply
    Sylvain
    21 février 2016 at 16 h 35 min

    Quelque-chose me dit que tu as bien assuré sur les Foulées San Priotes 🙂 En fait tu m’as doublé vers la mi-course et je t’ai vue t’éloigner tout doucement, inexorablement… Bravo ! Au passage j’ai découvert votre blog, bien joué le t-shirt publicitaire 😀

    • Reply
      troisnenettes
      21 février 2016 at 23 h 02 min

      J’ai été sur ton blog et oui je me souviens bien de t’avoir doublé 🙂
      Record personnel pour ma part, 1:40:58 temps réel, donc très contente de ma perf ! J’espère que la course s’est bien passée pour toi aussi.
      Le compte-rendu sera bientôt disponible, n’hésite pas à revenir faire un tour sur le blog 😉

  • Reply
    Bilan sportif de l'année 2016 - Trois nenettes en basket
    27 décembre 2016 at 13 h 15 min

    […] de difficulté de celles-ci. Je me suis donc mise à l’œuvre dès janvier en participant à la foulée des Monts d’Or, point de départ d’une série de 7 courses auxquelles j’ai participé jusqu’à la fin du […]

  • Reply
    Aline
    21 juin 2017 at 22 h 54 min

    Bonsoir
    En Lisant votre récit je me dis que l’une d’entre vous coure peut être dans les monts d’or? Est ce le cas? Je cherche une coequipier(e) de course a pied de ce côté la !!

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    error: Content is protected !!