Nos courses

Retour sur la Foulée des Monts d’Or 2018

Pas de course officielle depuis le marathon d’Athènes. Après une période de repos bien mérité, il était temps de se challenger à nouveau en ce début d’année 2018 ! Il y a 2 ans, je participais pour la première fois à la Foulée des Monts d’Or (retrouvez mon compte-rendu ici). C’était pour moi l’occasion de découvrir ce massif proche de Lyon aux villages non dénués de charme, bien au contraire.

Le principe ? Plus de 24km, quasiment 600m de dénivelé positif sur un parcours majoritairement bitumé (70% de route). J’adore arpenter les singles des Monts d’Or, que je commence à connaître sans me perdre désormais, mais cette fois-ci inutile de sortir les chaussures de trail ! L’une des spécificités de cette course est aussi son parcours qui diffère chaque année : cette fois-ci, c’est à Collonges au Mont d’Or que le départ est donné. Je me rends donc sur place la veille pour récupérer mon dossard, le point de départ ayant lieu à deux pas du célèbre restaurant de Paul Bocuse, l’Auberge du Pont de Collonges.

 Mes impressions sur le départ

« Première course de l’année bien entourée. »

7h30 dimanche matin : après une courte nuit, je passe chercher mes acolytes Lilie, Camille, Fafa et JB, prête à en découdre pour cette première course de l’année ! La team Athènes est presque au complet pour l’occasion mais le contexte est quelque peu différent.  En effet, les fortes pluies des semaines précédentes ont engrangé un volume d’eau tel que la Saône est sur le point de déborder ! La route qui devait accueillir le départ de la course étant inondée, les organisateurs ont été contraints de trouver un plan B et c’est donc derrière le gymnase que l’arche de départ a été positionnée.

Je sais que le parcours ne sera pas le même que celui auquel j’ai été confrontée 2 ans auparavant mais je n’ai pas pour autant pris en compte le profil topographique du parcours qui nous attend. Heureusement, je côtoie de nombreux coureurs de la région lyonnaise qui sont beaucoup plus précautionneux 🙂 J’apprends donc que les difficultés majeures du parcours se situent au 2ème, 10ème et 15ème km : c’est noté ! Pendant que les derniers coureurs prennent leurs dossards, je papote en attendant le moment fatidique qui sera finalement repoussé d’un quart d’heure. C’est finalement à 9h15 précises et après une minute de silence en l’honneur du pape de la gastronomie que nous nous élançons à l’assaut des collines des Monts d’Or.

♦ La course

« Une course les pieds dans l’eau ?  »

N’étant pas placée dans le peloton de tête derrière l’arche de départ, je démarre au quart de tour histoire de doubler au maximum dès le début et ne pas être gênée par la foule par la suite. Les premières centaines de mètres sont très roulants, parfait pour bien chauffer les jambes avant d’entamer les montées ! Était-ce audacieux de choisir de courir en short/T-shirt en ce premier mois de l’année ? Au vu du grand soleil qui règne ce 28 janvier, je pense avoir fait un choix judicieux qui se confirme lorsque le dénivelé commence à se faire ressentir au bout de quelques kilomètres. J’ai un rythme plutôt soutenu et mes derniers entraînements annonçaient en effet un état de forme conséquent, reste à voir ce qu’il en sera tout au long du parcours.

Un point de côté vient pointer le bout de son nez dans une descente vers le 5ème kilomètre lorsque nous arrivons à Saint-Romain-au-Mont-d’Or : ça faisait bien longtemps que ça ne m’était pas arrivé ! C’était vraiment mon talon d’Achille lorsque j’ai débuté la course à pied car j’en avais quasi-systématiquement. Heureusement, j’arrive à les maîtriser rapidement désormais et après avoir ralenti un peu pour le contrôler, je repars de plus belle direction Curis-au-Mont-d’Or où se situe le point stratégique pour les binômes qui courent en équipe : en effet, je vois de loin l’arche qui symbolise le passage de relais au 10ème kilomètre. Les copains sont là pour encourager ce qui me booste pour affronter la deuxième partie de course après avoir bouclé la première étape en 46:37min.

« C’était plus facile la dernière fois ! »

À l’évidence, cette seconde partie de course sera plus difficile. L’arche à peine franchie vient l’heure d’entamer les choses sérieuses  en grimpant un peu ! On se tire la bourre avec plusieurs concurrentes : elles me doublent, je redouble… mais dans ce contexte il est relativement facile de percevoir les points forts de chacune. Quel est le mien ? Certainement pas mon habilité dans les montées ! Je gère plutôt bien les descentes, surtout sur route, mais en ce qui concerne les côtes j’ai tendance à rapidement subir les phases de poussée qu’engendre la course en montée. En conséquence, je fractionne mon allure en alternant marche rapide puis course quand j’ai récupéré un peu d’énergie et de motivation en marchant (vous pouvez facilement constater les périodes où je marche durant la course sur le graphique ci-dessus). Pour ma part, le fait de marcher occasionnellement peut représenter une véritable stratégie lors d’une course mais pour le coup, j’ai vraiment eu du mal à redémarrer et à retrouver un bon rythme par moment. C’est donc dans ces instants que j’ai réussi à me faire distancer par deux femmes qui étaient notablement plus l’aise que moi dans la maîtrise du dénivelé positif !

Pour être honnête, j’avais hâte d’en finir avec la partie ascendante du parcours… les derniers kilomètres m’ont alors bien permis de me défouler : des descentes comme je les aime histoire de bien dérouler et petite cerise sur le gâteau, une partie trail un peu technique  qui m’a rappelé mes sorties du dimanche quand je sillonner les chemins des Monts d’Or. Pour finir, retour sur la ligne droite du départ : je vois JB au loin qui me rejoins pour m’encourager et parcourir avec moi les dernières dizaines de mètres qui me séparent de la ligne d’arrivée que je franchie en 2:03:47 temps réel.


 

 

♦ Mon bilan

« De bonnes sensations pour cette première course de l’année. »

Et bien je dois dire que j’ai vraiment pris plaisir à retrouver les chemins de la compétition ! 16 courses à mon actif en 2017, en sera-t-il de même en 2018 ? C’est bien parti pour 😀

Je termine 113ème au classement général pour me positionner à la 8ème place du classement féminin  (5ème SEF). De manière générale je me suis sentie à l’aise sur ce format de course mais force est de constater qu’il me reste encore des progrès à fournir en ce qui concerne mon aisance dans les montées : c’est à chaque fois dans les côtes que j’ai pu me faire doubler par des concurrentes ! Il va falloir axer mes entraînements dans ce but car j’ai de beaux challenges en ligne de mire qui vont nécessiter d’avoir plus de facilités à ce niveau.

 

♦ Mes prochains défis sportifs

Le rendez-vous est pris dimanche prochain : j’avais participé au Trail Givré de Montanay l’année dernière, je réitère cette année, toujours sur le 23km. Moins de bitume et plus de boue qu’à la Foulée des Monts d’Or assurément !

 

Justine

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Retour sur le Trail Givré 2018 - Trois nenettes en basket
    6 février 2018 at 13 h 44 min

    […] la Foulée des Monts d’Or dimanche dernier, j’ai rechaussé les baskets pour cette fois-ci participer à mon premier […]

  • Leave a Reply

    error: Content is protected !!