Nos courses

Retour sur l’Extra Race

L’année 2016 est déjà bien entamée et je n’ai pas chômé : des 10 kilomètres, des semi-marathons en passant par des trails de différentes distances… jusqu’à présent j’ai réussi à tenir la cadence en variant les courses chaque mois et en remplissant mes objectifs car j’ai considérablement amélioré mon allure grâce à mes entraînements. Et si je participais à une course d’obstacles pour changer ? 

C’est le challenge que j’ai pu réaliser grâce à Terre de Running puisque j’ai eu la chance d’obtenir un dossard pour m’aligner sur la ligne de départ de l’Extra Race. Cette année l’organisation a prévu 2 parcours, je choisis évidemment le plus difficile, le parcours Furax, qui dénombre 14km de chemins avec dénivelé et une vingtaine d’obstacles en tout genre.

 Ce samedi 28 mai, je me suis donc rendue au lac des Sapins dans le Beaujolais vert pour découvrir les différents ateliers qu’il allait falloir traverser lors de cette course ludique !

FullSizeRender_2d
 Mes impressions sur le départ

« Quand la course à pied pète les plombs !  »

Le temps est très changeant dans la région dernièrement et un risque de pluie régnait en ce samedi matin. Quelques gouttes se sont fait sentir sur le trajet pour me rendre sur le lieu de départ mais arrivée sur place, le beau temps était de la partie ! Je pars récupérer mon dossard ainsi que celui d’Hugo qui m’accompagnait sur la course et j’assiste avec amusement à l’échauffement des coureurs de la vague qui précède la mienne puisque mon départ est annoncé à 11h30. Pompes, squats, jumping jacks… il s’agit d’un véritable entraînement commando censé motiver les troupes avant le coup d’envoi !

J’ai hâte de découvrir le parcours mais j’ai tout de même une petite appréhension car une douleur au pied droit me suit depuis mon entraînement de mercredi. Après tout il s’agit d’une course bon enfant, sans chrono et je me dis que si je souffre au point de ne plus réussir à courir, je peux m’arrêter à tout moment sans regrets.

Les membres de ma vague sont convoqués pour le départ, de nombreux participants sont déguisés : super-héros, pingouins, tutus et perruques… certains dénotent parmi la foule de coureurs aux tenues plus classiques ! 11h30 tapantes, il est l’heure d’accourir vers le premier obstacle.

IMG_0299

 La course

« J’ai mal… »

Deux ans auparavant j’avais déjà participé à une course d’obstacles connue de tous : The Mud Day. Ayant grandi à côté d’un camp militaire, j’avais vraiment envie de me tester sur une sorte de parcours du combattant et avais adoré l’expérience !  Il me tardait donc de découvrir les ateliers présents sur le parcours de l’Extra Race.

Je m’étais déjà rendue une fois au lac des Sapins : comme son nom l’indique il s’agit d’un grand lac situé dans un écrin de verdure entre monts et forêt à 65km de Lyon. Le cadre en lui même vaut le coup d’œil alors le simple fait de participer à une course au sein de cet espace naturel mérite la venue. Quoiqu’il en soit nous courrons les premières centaines de mètres et c’est le début du parcours militaire : nous passons sous des rondins de bois avant de nous élancer du ponton de la plage pour atterrir dans le lac et escalader un filet qui nous mène, une fois redescendus, au Smart Monkey, une structure composée de tubes métalliques qu’il faut traverser en choisissant le bon parcours sous peine de chute assurée ! J’aime beaucoup les obstacles aquatiques alors je suis ravie d’aller faire un tour dans l’eau, pratique pour se rafraîchir pendant l’effort 🙂

Nous continuons notre chemin : piscine de boue, porté de sacs de sable et parcours dans la forêt reliés à une ligne de vie surmontée de difficultés, la course n’est pas de tout repos ! Nous nous rendons même dans un poney club où l’atelier consiste à sauter les obstacles… mais sans poney, les pros du saut de haie s’en seraient donnés à cœur joie. Je m’amuse sur ce parcours mais la douleur est là, je serre les dents et j’essaye de me focaliser sur les différentes étapes de la course. Les traditionnels épreuves des courses à obstacles sont bien présentes : ramper sous des barrières, escalader des murs, franchir des bottes de paille. D’autres sont beaucoup plus amusantes comme celle de La Chute : 40 mètres de glissade pour finir dans un petit bassin, atelier digne d’un toboggan de parc aquatique ! Ces petites pauses ludiques sont très plaisantes car le parcours n’est pas des plus roulant, au contraire. De nombreuses montées sont présentes, elles cassent non seulement les jambes mais m’obligent surtout à marcher par endroits car mon pied est plus douloureux lorsque le dénivelé se fait sentir…

FullSizeRender

« Le cadre est quand même top ! »

Arrivés à la moitié de la course, nous nous arrêtons au ravitaillement. Lors des courses chronométrées je prends rarement le temps de le faire mais pour le coup j’ai envie d’en profiter et j’ai surtout faim ! Une fois cette petite pause régénérante terminée, d’autres obstacles nécessitent de se mouiller : sauter d’un trampoline dans l’eau, passer sur des tuyaux, sous des canoës, tenir l’équilibre en traversant des tapis sur l’eau. Après ces moments bien sympas vient la partie la plus difficile en course à pied car elle comporte un nombre conséquent de montées. J’ai beaucoup aimé les single tracks dans la forêt, ces petits sentiers sont vraiment agréables à dévaler !

La course approche à sa fin mais il nous reste encore quelques obstacles notoires à franchir : je délaisse l’échelle horizontale pour préférer la Slack-line afin d’arriver sans encombre d’une rive à l’autre, j’enchaîne en rampant sous un grillage avant de devoir à nouveau me glisser sous un obstacle très électrique ! Heureusement, j’arrive à me faufiler sans encombres pour ne pas prendre un coup de jus stimulant…

Avant-dernier obstacle de la course, l’Air Blague consiste à traverser une zone contenant des bénévoles qui sont dans de grosses bulles d’air. J’ai bien essayé d’en dégommer un mais j’ai rebondi directement, je n’ai pas fait le poids 🙂 Une fois la zone traversée, une dernière palissade reste à franchir, un homme déguisé en pingouin m’aide à l’escalader et je passe tranquillement la ligne d’arrivée sous un soleil radieux !

FullSizeRender_3

 Mon bilan

« On range les runnings au placard pour un moment… »

Je n’ai pas pris de montre avec moi et la course n’étant pas chronométrée, je n’ai même pas fait attention au temps que j’ai pu mettre pour réaliser le parcours. J’ai préféré prendre le temps de l’apprécier en m’amusant et ça fait du bien de ne pas se presser pour une fois 🙂 Après avoir profité du dernier ravitaillement, direction la plage du lac pour prendre le soleil avant que l’orage n’arrive….le beau temps n’aura pas duré.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance de cette course, cependant je la termine en ayant un goût amer puisque ma douleur au pied qui était relativement bénigne, du moins c’est ce que je pensais lorsqu’elle est survenue, s’est amplifiée et m’a tout de même empêché de vivre pleinement l’Extra Race. Merci à Terre de Running grâce à qui j’ai pu passer un moment sportif qui valait le détour !

IMG_0337

 Mes prochains défis sportifs

Je me posais la question de savoir quelles courses j’allais privilégier ces prochains mois et la réponse est éloquente : aucunes. Le lendemain de la course mon pied était gonflé et douloureux, je n’arrivais plus à bouger mes orteils et il était très difficile de marcher sans souffrir… direction les urgences pour déterminer la cause de ces symptômes et le diagnostic a été sans appel : fracture du deuxième métatarse du pied droit.

3 semaines d’arrêt de travail et environ 6 semaines sans sport, une chaussure de barouk et des béquilles… voilà la résultante d’une belle fracture de fatigue. Ces prochaines semaines seront donc dédiées au repos. La frustration est bien présente mais j’ose espérer retrouver rapidement mon entrain lorsque cette blessure sera guérie. Ce n’est qu’une étape à passer… et des comptes rendus de course il y en aura d’autres quand je serai remise sur pied, c’est une certitude !

Justine

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply
    GG
    31 mai 2016 at 15 h 16 min

    Bel article toujours aussi immersif !! Bon rétablissement !

    • Reply
      troisnenettes
      31 mai 2016 at 15 h 22 min

      Merci beaucoup 🙂

  • Reply
    Stephane
    31 mai 2016 at 20 h 23 min

    Point positif : tu cultives ton côté Lara Croft.
    Point négatif : putain 6 semaines !

    • Reply
      troisnenettes
      1 juin 2016 at 21 h 56 min

      J’espère moins de 6 semaines quand même, je saurai ça lors de mes prochains rendez-vous médicaux… pour le côté Lara Croft vous êtes plusieurs à me le dire, c’est flatteur ! 😀

  • Reply
    xavier
    6 juin 2016 at 23 h 13 min

    Salut. OUie OUie Ouie 6 semaines. Moi qui pensait te voir prochainement, c’est raté !!! En même temps, ton corps à dit STOP. Après ces semaines tu vas forcément rebondir et tu seras encore meilleur. C’est une certitude. J’ai plutôt intérêt à m’entraîner d’avantages si je veux être à la hauteur. Bon courage c’est cours dans une vie. Bisous.

    • Reply
      troisnenettes
      13 juin 2016 at 21 h 15 min

      C’est court dans une vie mais quand je vois tous les inconvénients que ça entraîne, j’ai quand même hâte de pouvoir remarcher normalement ! En effet ça te laisse le temps de t’entraîner, j’espère que mon niveau ne va pas trop pâtir de cette blessure… ça serait dommage après les progrès que j’avais fait ces derniers mois.
      Au plaisir de te revoir sur une course, le plus rapidement possible évidement 😉

    Leave a Reply

    error: Content is protected !!