Nos courses

Retour sur les 10km Rive Ouest – Pacé

L’année 2016 est déjà bien entamée et nous attaquons la seconde partie de l’année sportive. Celle qui va aussi laisser place à une période de repos nommée vacances. Cependant, nous avions pris rendez-vous le 12 juin sur la commune de Pacé pour participer aux 10km Rive Ouest. C’est une course dite « à record » qui a lieu chaque année en partenariat avec les magasins Cora et Intersport. Elle réunit jusqu’à 1000 coureurs prêts à faire tomber tous leurs records. Nous nous sommes donc donné rendez-vous dimanche matin avec une partie de l’équipe des coureurs de la team Sobhi sport.

Le compte-rendu de Sarah

Les 10 km Rive Ouest de Pacé est une course que je connais puisque je l’ai faite l’an passé. J’avais d’ailleurs réalisé un bon chrono en course officielle en bouclant en 49m57s. Je voulais donc me défier de nouveau cette année sur ce parcours 100% route dit facile. J’ai donc pris rendez-vous ce dimanche avec l’équipe Sobhi sport avec qui je cours un mercredi sur deux dans la ville de Rennes. Côté forme, je suis mitigée. Malgré un bon mois d’entrainement, j’ai accumulé une certaine fatigue physique.

Troisnenettesenbasket-10km-Pacé-3web

♦ Mes impressions sur le départ

« C’est une belle journée pour courir »

Le départ se fait à 10h00 sur le parking de la zone commerciale. Le temps est mitigé, on ne sait pas si il va pleuvoir mais une chose est sûre je suis en forme et motivée. Je profite de quelques moments de répit avant course pour m’échauffer un peu, discuter avec mes coéquipiers et rejoindre le SAS 45 minutes. Ce n’est pas mon objectif mais je sais que le premier kilomètre n’est pas simple car il y a du monde et c’est compliqué de doubler. Je pars avec Solen qui décide de faire le départ de course avec moi. Je reste motivée et confiante pour battre mon précédent record.

♦ Mes impressions sur la course

« Le 6ème kilomètre : le début de la fin »

Cette fois, j’ai décidé d’être rigoureuse est de respecter le rythme préconisé. Pour ma part, je veux me caler à 5 minutes au kilomètre et accélérer si je le sens au fur et à mesure. Une fois le départ donné, on emprunte la première boucle qui fait le tour du parking de la zone commerciale pour revenir au point de départ. Ce n’est pas très glamour mais cela a le mérite de passer vite car on recroise rapidement nos supporters de course. Jusqu’ici tout va bien, je tourne aux alentours de 4,50 minutes au kilomètre mais je commence à avoir sérieusement chaud. Je double pas mal de coureurs mais j’ai perdu Solen en route. Je décide donc de continuer sur ma lancée.

Troisnenettesenbasket-10km-Pacé-4web

L’année dernière, j’avais eu des points de côté au troisième kilomètre et, cette année, je n’ai pas été épargnée non plus. Un point au 3ème kilomètre et un autre qui a suivi. Une vraie galère. J’ai donc réduit mon rythme pour les faire partir et respirer plus fort.

J’arrive rapidement au 5ème kilomètre, contrôle ma montre, je passe en un peu plus de 24,30 minutes. Le même temps de passage que l’année dernière. Cependant, j’ai vraiment trop chaud et clairement je me sens de moins en moins bien. Et je n’ai plus de jambes. J’ai cette sensation qui fait que mes jambes ne veulent plus et que c’est ma tête qui prend le relais. D’une manière globale, le parcours est assez plat et il n’y a pas de relance. J’ai donc beaucoup de mal à accélérer et à relancer la machine. Mes jambes me pèsent de plus en plus et je souffre de cette impuissance. Pourtant je n’ai mal nulle part et mon cœur va bien.

Je subis donc les kilomètres à partir du 6ème et perd un temps fou à traîner mon corps du mieux que je peux pour finir cette course. Par chance, deux collègues de la team We Run in Rennes me rejoignent et me boostent en me proposant de m’accrocher. Cela m’a donné un réel coup de fouet pour affronter les 2 derniers kilomètres. Je les termine tant bien que mal et arrive quand même à sprinter à la fin avant de rejoindre mon bien aimé qui m’attend à l’arrivée.

13405445_1575083549452193_757148005_o

♦ Mon bilan

« Etre à côté de ses pompes »

Je partais pour tenter de faire ma meilleure course de l’année et au final elle a été mon pire cauchemar. Pas de plaisir, pas d’envie et un gros coup de mou. Je termine quand même en 51m23s ce qui est reste un beau chrono et mon plus rapide de l’année 2016. Je me classe 529 sur 806 coureurs et 29ème de ma catégorie. C’est cependant très frustrant d’avoir tous les voyants au vert et de ne pas réussir à avancer au point de vouloir abandonner. Ce qui me rassure, c’est que plusieurs coureurs ont ressenti la même chose que moi à partir du 6ème kilomètre. Mais ce qui reste important pour moi, c’est de passer un moment de convivialité avec ceux qui me sont chers.

♦ Mes prochains défis sportifs

Pour le moment, je n’ai pris aucun rendez-vous. Je pense profiter de la période estivale pour me reposer, faire autre chose (vélo) et continuer à travailler le renforcement musculaire. La seule vraie grosse étape de l’année 2016 sera le 23 octobre 2016 où j’espère prendre le départ du marathon vert de Rennes avec Alexandra Daniel.

13392158_608875099276026_5010446369377077610_o

Le compte-rendu d’Elsa

Après presque deux mois sans course officielle (mon dernier 10km datant du 17 avril dernier), il était grand temps de reprendre le chemin de la ligne de départ pour ce mois de juin. J’ai préparé cette course de manière un peu aléatoire, entre course et RPM, délaissant un peu la course les derniers jours, par manque de temps, à cause de la chaleur et de la fatigue…

Elsa porte les Adidas Ultra Boost™ avec des booster Elite de chez BV Sport™ ainsi qu’un short nike™ 2 en 1
Sarah porte les Saucony Zealot™ avec des booster Elite de chez BV Sport™ et un short basic Kalenji™
Toutes deux portent un débardeur Nike™ de la gamme Aeroreact
♦ Mes impressions sur le départ

« J’ai chaud… »

En ce dimanche matin, le temps est lourd et moite, j’ai donc sorti le débardeur We run in Rennes x Trois nenettes en basket floqué par Sobhi Sport spécialement pour la course, et un short. Et rien que dans cette tenue, j’ai chaud ! Sarah, Solen et moi nous plaçons dans le début du SAS « Plus de 45min » (le dernier en fait) car on sait qu’avec le rétrécissement de la route on risque de se retrouver bousculées. C’est parti, le départ est donné à 10h00…

♦ La course

«  Mais il est où ce ravitaillement ??! »

J’ai décidé, je ne sais par quelle raison, de caler mon rythme à 6’00/km. Erreur fatale : ce n’est pas du tout mon rythme de course, mais l’engouement de reprendre le départ, et tous ces gens autour de moi… L’erreur du débutant. J’ai tenu ce rythme de manière assez régulière jusqu’au 5e kilomètre, où, assoiffée j’ai attendu désespérément le ravitaillement, qui n’arrivait pas. Pourtant, au vu des précédentes expériences sur courses, j’avais anticipé et bu presque 2 litres la veille et un peu moins d’un litre le matin même. Mais mes jambes se sont alourdies d’un coup, et ma gorge est devenue sèche. J’AI SOIF !

Troisnenettesenbasket-10km-Pacé-5web

«  D’un ennui mortel »

À environ 5,5km arrive enfin ce satané ravitaillement. Je récupère un abricot sec, une bouteille d’eau et tente de ne pas perdre trop de temps… Mais mes jambes ne veulent plus rien savoir. Je suis pourtant dans mes objectifs de temps, j’ai passé les 30 minutes et quelques au 5e km. Mais impossible de repartir comme au début, mes jambes ne suivent plus, j’ai l’impression de me traîner et le parcours n’est pas là pour arranger les choses… Ce 10km est qualifié de « parcours à records », tout simplement parce qu’il est plat et composé à 90% de lignes droites. Autant dire qu’à la base, il ne m’emballait pas plus que ça, mais je voulais voir ce que je pouvais valoir sur un tel parcours. Et bien j’ai vite vu…

Au 7e km, j’accroche tant bien que mal un lièvre, elle-même entrainée par son « coach mental ». Bizarrement, ses conseils me sont aussi bénéfiques, et je la suis sur 1,5km environ, avant de décrocher complètement à 8,5km, commençant à en avoir vraiment marre… Je décide de repasser devant mais mes jambes n’arrivent pas à me porter comme je le veux, j’ai mal, j’ai chaud… Bref, j’ai hâte que ça se termine.

Je passe le panneau du 9e km, je regarde ma montre et je sais que je ne passerai pas sous la barre de l’heure, cette dernière étant déjà passée… Déception. A ce moment précis je m’en veux tellement, et je me dis que j’ai intérêt à me bouger les fesses pour finir ce dernier kilomètre. Et là, j’aperçois les copines au loin, venues me chercher pour me pousser jusqu’à la ligne d’arrivée. Quel bien fou de voir des têtes connues ! Les garçons sont là aussi, mon chéri… et m***e il faut y aller quoi !! Un dernier coup de collier et je passe ENFIN la ligne d’arrivée… Game over.

Troisnenettesenbasket-10km-Pacé-14web

♦ Mon bilan

«  Ma pire course de l’année »

Pour un « parcours à record », ça a plutôt été pour moi un « parcours de régression ». 2 minutes de plus qu’à Noyal, qui pourtant était composé presque entièrement de côtes et de relances. Je termine 774e sur 806 coureurs, 91e de ma catégorie et boucle ce parcours en 01h06’08 au temps officiel (01h05’48 temps réel).
Je ne suis vraiment pas fière de moi, mais j’ai de quoi me rattraper bientôt… J’ai trouvé le parcours ennuyant à mourir (en même temps courir sur un parking, il fallait s’y attendre), et je sais que je ne reprendrai pas le départ l’année prochaine…

120616-10km_Pacé

 ♦ Mes prochains défis sportifs

 Quelques jours de repos vont suivre cette course, un bon régime aussi 😉 et je reprendrai le départ sur les 10km des Foulées Ercéennes le 13 juillet prochain.

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    Hollyvia
    14 juin 2016 at 13 h 46 min

    Joli compte rendu les filles 🙂 Les parcours à records finalement c’est souvent les plus ennuyants et ceux sur lesquels tu ne fais pas forcément de record *hehe*

  • Reply
    GG
    14 juin 2016 at 15 h 49 min

    Félicitations pour vos courses respectives !
    Pour ma part un ressenti de déception à la fin… Déjà ce temps lourd trempé rien qu’à l’échauffement.. Changement de maillot direction ligne de départ « sas -40″.. PAN !!! La meute est lancée sur un rythme endiablé 1er KM 3″30 je sais déjà que je ne vais pas terminer sur ce rythme mais bon tout ce qui est pris n’est plus à prendre km2 en 3″37 passage sous l’arche de départ en sachant que les premiers sont déjà 2mn devant mais je ne suis pas là pour gagner enfin si… Juste contre moi même et voilà le km3 temps total 11mn tant que ça reste comme ça c’est bon mais il va peut-être falloir penser à stabiliser sur un rythme plus tenable pour le reste de la course donc on va calmer les jambes et le palpitant sur un bon 3″55/4″00 km et cela fonctionne km4 15mn régulier km5 en 19″04 j’encourage ceux qui commencent à ralentir une petite tape sur l’épaule ou un petit mot pour relancer mon compatriote de galère il fait si lourd le km6 arrive avec sont faux plat et ce vent de face qui te donne l’impression de courir sur un tapis et les grandes lignes droites psychologiquement ça n’aide pas mais ce n’est pas le moment de lâcher même si je regrette d’être aller si vite au début le km7 en 27″23 mais ça continue de monter doucement mais sûrement et c’est tellement linéaire comme parcours et oui je commence à me trouver des excuses et mon rythme baisse seconde par seconde et cette sensation d’avoir l’impression de faire du surplace alors que je suis en 4″15 pour l’instant puis 4″20…4″30…4″40.. Km8 en 31″48 le rp est toujours jouable mais les jambes sont loin derrière je pense qu’elles sont restées au km7 mais la tête est toujours là c’est bon signe mais je commence à tirer dur la batterie est presque qu’à plat encore 1,5km et c’est la fin je n’arrête pas de penser à celle que j’aime ça m’aide mentalement mais mes jambes sont lourdes c’est indescriptible comme sensation et que dire du bonhomme trempé jusqu’aux os aller km9 en 36″05 le rp en moins de 40mn s’effrite mètre par mètre et ce dernier kilomètre sur la parking qui semble interminable bon je vais tout de même essayer d’accélérer on ne sait jamais je suis à 9km700/800 le chrono passe les 40mn et comme disent les jeunes » je suis au bout de ma vie » dernière accélération pour la(ma)gloire(18km/h) top !!! 10km pile sur la ligne d’arrivée….40’24″20… Bon maintenant je dois me trouver toutes les excuses possibles et imaginables pour expliquer les 24 secondes de trop.. Alors….Paire de chaussures neuves (Nike pegasus 33) et grosse erreur de ma part j’ai inversé le sens de mes chaussettes la L était à droite et la R à gauche et pas mon caleçon fétiche.. Trop de facteurs qui rentrent en compte pour 24 secondes de trop…

    NB-1-Sinon faire payer 15€ (inscription sur place) pour un double tour de parking ça fait mal aux fesses quand même

    NB-2- désolé pour les fautes d’aurtografe mais j’ai tendance à perdre des milliers neurones à chaque impact en sachant que j’ai été sur un rythme de 180 ppm* je vous laisse faire les comptes…

    * pas par minute

  • Leave a Reply

    error: Content is protected !!