Nos courses

Retour sur les 10km Paris Centre

Dimanche 2 octobre, j’ai pris le départ d’une course que je convoite depuis 2 ans maintenant : les 10km Paris Centre. Organisée par Nike et la ville de Paris, la 13e édition s’est déroulée sous un beau soleil et sous l’oeil de Renaud Lavillenie, parrain de la course.

L’organisation nous assure que ce sera « le plus beau 10km de notre vie », car le parcours nous fait visiter tous les plus beaux lieux de Paris (place Vendôme, rue de Rivoli, place de l’Opéra…). Malheureusement, avec le dispositif anti-terrorisme, le parcours s’est vu changé cette année pour plus de sécurité. Dommage, moi qui m’étais inscrite en partie pour le parcours, j’ai été un peu déçue de voir que nous allions longer la Seine de long en large…

map-fr

♦ La veille de la course

Quelques jours avant la course, je me rends sur le village pour retirer mon dossard et mes goodies. L’avantage d’y aller le vendredi après-midi, c’est que l’on a pas à faire la queue et que l’on peut profiter du village à fond. Bon cela dit, le village est un peu « léger » à mon goût : un stand Samsung GearFit, une photobox et un jeu pour les enfants : pas très fun tout ça. Je me rends donc au stand des dossards, que je récupère très rapidement et on me dirige ensuite vers le retrait de mon pack de course. Tout est trié par catégories (hommes/femme) et par taille, et c’est très pratique. Une fois mon pack récupéré, je cherche mon nom sur les lettres du WE RUN PARIS et je flâne un peu dans le village.

Processed with VSCO with 4 preset

Dans le pack de course, il y a un tee-shirt technique Nike DryFit juste superbe, mon dossard et quatre épingles à nourrice ! C’est vraiment top car c’est rare d’avoir cela sur une course ! Il y a aussi un petit paquet de pistache et un jus de fruits à la grenade. Pour 5 euros de plus, on peut faire floquer son tee-shirt sur place. Je décide donc de faire floquer les trois nenettes en basket dans le dos mais on m’annonce que c’est trop long… Je me rabats donc sur Trois nenettes… Tant pis 😀 !

♦ Mes impressions sur le départ

« J’ai froid et j’ai peur »

La veille au soir, j’ai préparé méticuleusement mes affaires pour la course, et me suis fait plaisir en mangeant des sushis avec les copains (féculents/glucides et protéines, parfait !). Le lendemain matin, le départ de la course est donné à 9h30 sur le Pont du Carrousel près du Louvre. Le réveil se fait donc très tôt – malgré la nuit qui fut très courte – afin de manger correctement et de gérer le temps de parcours en métro, même si la ligne de départ n’est pas très loin de mon point de chute parisien. Pour une meilleure organisation, nous sommes classés par SAS, que nous avions préalablement choisi lors de notre inscription. Le hic, c’est que je m’étais inscrite juste avant d’être blessée et que je visais de passer sous l’heure, vu que c’était un parcours « à records ».

7h45, je prends donc le chemin du départ, avec deux changements dans le métro et une furieuse envie de faire pipi (la quatrième fois depuis le réveil tout de même !). Il me tarde donc de rejoindre le SAS afin d’accéder aux WC prévus près des consignes. Je pars sans sac, et donc sans pull afin de m’encombrer le moins possible. Mais malheureusement, ce matin là, il fait froid… Je suis donc dehors en short et en tee-shirt, morte de froid, et j’ai une heure environ à attendre dans mon SAS avant le départ… J’essaie tant bien que mal de me positionner vers la fin du SAS, mais je me retrouve au milieu des gens prêts à en découdre avec le chrono, soit entre 55 et 60 minutes. Autant dire que je ne suis pas du tout à ma place, et je commence à stresser… Heureusement, je me reprends, je respire à fond et décide de laisser les gens partir devant sans me soucier de ce qui se passe autour de moi.

On entend au loin le premier coup de pistolet, mais on aperçoit pas du tout les coach prévus pour nous échauffer, ils sont bien trop loin. Donc je sautille sur place, j’attends, je me réchauffe comme je peux, tout en croisant des têtes connues sur le côté (les coureurs de @JolieFoulée, @MargauxLifestyle, @titaclem…). Au final, quand notre SAS se rapproche de la ligne de départ, je me laisse emportée par la musique du DJ et me mets enfin dans la course. Et là, je suis prête à en découdre !

 ♦ La course

« Je m’éclate comme une folle »

Le chrono de l’arche annonce 26 minutes au moment où mon SAS prend le départ, soit 4 minutes avant l’arrivée des premiers sur la ligne d’arrivée. Coup d’envoi donné, c’est parti mon kiki ! Du 1er au 3e kilomètre, la course emprunte le quai d’Orsay puis on descend sur les berges, en contrebas. Cette partie du parcours est un peu « tristounette », il n’y a pas grand monde pour nous encourager, et on passe sous les ponts (bonjour les odeurs 😉 ). A ce moment, je décide de caler mon rythme à 7’00/km, en me disant que si je me sens bien, j’accélèrerai progressivement. Une fois remontés sur le quai Branly, on passe devant le musée puis là, on se retrouve au pied de la tour Eiffel. Je prends un énorme plaisir et je suis super contente d’être là ! J’ai même la banane jusqu’aux oreilles.

A ce moment précis, j’accroche un lièvre qui a à peu près le même rythme que moi, mais j’ai du la lâcher car elle s’est arrêtée… Zut. Premier virage un peu serré et on attaque le 4e km sur le pont Bir-Hakeim. Le soleil commence à nous réchauffer et c’est bien agréable. Les bénévoles et les passants nous encouragent, c’est super sympa, l’ambiance est au rendez-vous. Juste avant le pont de Grenelle, je me fais doubler par Valentine du blog Hello it’s Valentine et ça me fait très plaisir de la croiser ! Mais impossible de la suivre, le rythme est trop soutenu pour moi 🙂

Au 5e kilomètre, on croise une fanfare et c’est pile à ce moment là que mon MP3 me lâche. Tant pis, je ne faisais même pas attention à la musique. Arrive enfin le ravitaillement, accessible après avoir fait demi-tour sur le pont. J’en profite pour remplir mon bidon qui s’est un peu vidé, et boire un petit coup et c’est reparti. Je suis agréablement surprise car pour une fois, je ne suis pas déshydratée dès le début. Merci les 1,5 litres d’eau bus par jour durant tout le week-end ! Je m’étais mis en tête de ne pas m’arrêter ailleurs qu’au ravitaillement, alors je repars bille en tête et sur-motivée. Mon cardio va bien, mes jambes aussi, aucune douleur à l’horizon donc on repart en accélérant légèrement. Du 6e au 7e kilomètre, on court le long des berges de l’autre côté de la Seine, tout en apercevant toujours la grande dame de fer. On passe sous le pont Bir-Hakeim cette fois puis le parcours commence à nous faire emprunter les tunnels. Aïe ! Ça monte et ça descend et là les jambes commencent à tirer. J’en profite alors pour récupérer dans les descentes, profiter de la bonne ambiance des gens dans les tunnels qui chantent et crient à tue-tête, puis je tire sur les bras en raccourcissant les foulées dans les montées, et YOUPI ! Ça passe tout seul !

Entre le 8e et le 9e kilomètre, je commence à ressentir une gêne dans la cheville droite, sans doute à cause des chocs à répétition sur le bitume (je n’ai couru que sur chemin ou piste depuis la reprise). Je tente de bien replacer mon pied comme vu avec mon kiné, puis je ne lâche rien. On se fait prendre en photo, et pour une fois j’ai la patate, je souris et je suis trop contente ! Je ne dois ressembler à rien mais tant pis, je m’éclate ! (Finalement sur ma photo, je balance gaiement ma main dans la tête de ma voisine de course. Oups !)

capture-decran-2016-10-04-a-07-33-36

Mais au 9e kilomètre, après le dernier tunnel, j’ai un gros coup de mou. J’ai chaud, j’ai mal aux pieds… Et là, j’aperçois ma copine Flora qui s’est levée tôt pour m’encourager ! Et quel coup de boost ! Il ne reste que 800m à ce moment précis, les pacers Nike nous encouragent, une meneuse d’allure nous sur-motive en nous encourageant pour ne pas lâcher dans les derniers mètres, et là, j’ai encore un peu de jus pour accélérer progressivement, malgré la douleur et la fatigue. 300m, 200m, 100m… Ça y est ! Je l’ai fait et sans m’arrêter !!

♦ Mon bilan

« On y retourne ?! »

C’est la première fois depuis trois ans que je cours, que je prends autant de plaisir sur une course ! Pour une fois, je ne me suis pas retrouvée seule sur le parcours, j’avais toujours des gens autour de moi et ça a beaucoup contribué au fait de ne pas m’arrêter, je crois même que ça m’a boosté ! J’ai été très régulière dans mon allure de course, j’ai accéléré progressivement mais surtout, j’ai tellement adoré faire cette course ! Je pense que je re-signe l’année prochaine et sans hésiter une seule seconde ! Cela change vraiment des courses rennaises et c’est génial ! Et puis, pour une reprise, c’est plutôt pas mal 😉 Je finis donc la course en 1h07’56 au temps officiel en me classant 12 956e sur 14 093 participants (soit 91e SEF).

Processed with VSCO with 4 preset

♦ Mes prochains objectifs

A la base, cette course devait être la seule jusqu’à la fin de l’année, sauf si vraiment je me sentais bien. Et dimanche midi, je me suis finalement inscrite au 10km de Tout Rennes Court, que je ferais en couple. C’est une première pour moi car mon chéri m’accompagnera sur toute la course. Autant vous dire que j’ai hâte !

Elsa

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply
    Fanny
    7 octobre 2016 at 10 h 51 min

    Bravo pour ta course tu as de quoi être fière !
    J’adore cette course, je la fais tous les ans les yeux fermés !

  • Reply
    Emilie
    7 octobre 2016 at 13 h 03 min

    Super la reprise, tu restes dans le thème de la bonne ambiance a tout Rennes court 😉

  • Reply
    Margaux Lifestyle
    7 octobre 2016 at 13 h 30 min

    Bravo la miss ! Tu as géré pour une reprise ! Sans compter que j’ai trouvé le parcours franchement casse-pattes ! Je rage de ne pas avoir su que tu étais juste derrière moi dans le sas au départ ! Au fait, merci pour le petit clin d’oeil 😉

    • Reply
      troisnenettes
      10 octobre 2016 at 7 h 13 min

      Merci Margaux ! Oui, puis c’est vrai que j’aurais pu venir te voir aussi ^^ j’étais tellement stressée par ce départ !! J’avoue que le dernier tunnel m’a un peu cassé les jambes mais sur l’ensemble j’ai trouvé que ça allait ! Au plaisir de te croiser sur une autre course parisienne si j’ai l’occasion d’en refaire une 🙂

  • Reply
    Bilan sportif de l'année 2016 - Trois nenettes en basket
    28 décembre 2016 at 10 h 32 min

    […] les mains d’un kiné, et j’ai pu reprendre doucement dès septembre, pour savourer les 10km Paris centre. Ma meilleure course de l’année, la plus belle et celle sur laquelle j’ai vraiment […]

  • Leave a Reply

    error: Content is protected !!