Running

Initiation au Run-Poussette

Vous êtes coureuse ou coureur et vous voulez faire du sport malgré vos contraintes parentales. C’est à la mode et c’est un bon compromis : mettez bébé dans la poussette et allez courir ! Cependant, avant de partir, il faut respecter certaines règles de sécurité et de bonnes conduites.

L’équipement de base : une bonne poussette

C’est presque une obligation même si vous pourrez courir avec n’importe quelle poussette du moment qu’elle roule. Cependant, investir dans une poussette conçue pour courir est vivement recommandé pour le confort de chacun. En effet, il faut penser à plusieurs choses :

  • L’usure des roues. Quand vous allez courir, vous allez user les roues de manière anormale. En conséquence, si vous avez une poussette avec des roues basiques, elles vont s’abîmer assez rapidement. Les roues sont, de plus, très spécifiques sur les poussettes tout terrain. Ce sont souvent des roues gonflées à air.
  • L’impact et les secousses : pensez à bébé ! L’amorti est hyper important dans la pratique de la course avec bébé, même en poussette. Le choix du châssis est primordial pour protéger bébé.
  • La protection : quand vous courrez, vous avez chaud mais quand bébé court avec vous, il n’est pas lui-même en mouvement. Il se contente de vous suivre et de regarder partout et ne se réchauffe pas. En conséquence, l’habillage global de la poussette est hyper important pour le protéger.

Nous avons la Hight-Trek™ de chez Bébé Confort™. Ce n’est pas l’excellence en matière de poussette pour courir mais pour la pratique que je veux avoir avec ma fille, je n’ai pas besoin de plus. Je cours avec elle quand vraiment je n’ai pas le choix, et quand on veut faire une sortie en famille. Je ne recherche pas la performance dans ces moments là mais la détente.

Parés au départ : les vérifications

Gonflage des roues
La plupart des poussettes conçues pour la course possèdent des roues qui se gonflent et dégonflent. En fonction de votre niveau de pratique, pensez bien à contrôler l’état général des roues et le gonflage. Des roues mal gonflées favorisent une usure anormale des roues (comme en voiture) et risquent d’augmenter le risque de secousses pour l’enfant voire l’éclatement au final du pneu de la roue.

La sécurité avant tout
Plus que jamais, soyez visibles ! Quitte à customiser votre bolide 😊. En tant que coureur, on évite les vêtements trop noirs surtout à la fin de la journée et on n’hésite pas sur la couleur. Si il fait un peu nuit, j’ai presque envie de dire : n’y allez pas. Il faut encore plus avoir une visibilité sur ce qui se passe devant car c’est la poussette qui va prendre en premier. Sinon, sortez avec un éclaireur placé devant qui va pouvoir vous guider sur les éventuels dangers.

On attache bien bébé dans la poussette, il ne doit pas pouvoir se balader sans pour autant être écrasé. Et surtout, on vérifie ses freins avant de partir !

On couvre bien bébé

Hormis en pleine canicule (et dans ce cas-là, on n’ira surement pas courir), couvrez bébé. La prise au vent est facile en poussette et c’est bébé qui va prendre en premier. En hiver, il ne faut pas hésiter à lui mettre bonnet, gant, moufle et combinaison et en été, pensez au moins à couvrir son cou avec quelque chose pour éviter qu’il attrape froid à la gorge. Vous pouvez aussi opter pour une protection sur la poussette comme la protection pluie. Bébé sera complètement abrité du vent et restera bien au chaud dans son cocon.

Le choix du terrain

Même si vous avez du bon matériel, moins vous avez de trottoir et de ville, mieux c’est. C’est toujours plus difficile de slalomer avec une grosse poussette et je trouve que le risque d’accident est bien présent. Il vaut mieux privilégier les terrains peu accidentés, loin de la circulation (chemin de halage, bords de quais…). De plus, les trottoirs sont étroits alors si vous croisez des piétons, il se peut que l’un d’entre vous soit obligé d’aller sur la route pour laisser passer l’autre.

Aussi, évitez les terrains trop accidentés, avec beaucoup de cailloux. Bébé sera assez secoué quand même.

On s’y met quand ?

Il faut déjà que vous ayez le feu vert pour reprendre la course à pied. L’exercice n’étant pas facile, je recommande d’aller courir seule avant de s’attaquer à la pratique. Retrouvez un confort de course avant d’emmener bébé avec vous. Pensez aussi que bébé doit apprécier le moment autant que vous. Cela parait évident mais profitez d’un moment où il sera plus ou moins calme ou prêt à dormir, typiquement après avoir mangé. Pour ma part, je n’ai aucune gêne à lui faire faire la sieste pendant ce temps-là. Au contraire, elle dort toujours plus profondément quand on roule.

Pour l’âge du bébé, j’avais posé la question à des pro du Run-Poussette. Après avoir suivi tous les conseils, j’ai décidé de commencé quand j’ai trouvé Clarysse suffisamment tonique pour ne pas être secouée dans tous les sens. On a commencé à 3 mois et demi, sachant qu’elle est très tonique pour son âge. Elle tient sa tête toute seule depuis un moment déjà.

Pour la pratique en elle même, il faut pousser bébé et y mettre un peu de force. En ce sens, je trouve l’exercice assez complet car le haut du corps intervient aussi beaucoup. Dans les côtes c’est plus dur car il faut pousser le bolide avec le poids du bébé dedans. Cependant, bien se tenir est important : ne soyez pas tendu(e) sur les bras, ils doivent rester un peu fléchis.

A contrario, en descente, la vélocité développée par les roues peut vous entraîner à battre tous vos records de course 😊. Un super partage en famille !

Sarah

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

error: Content is protected !!