Running

Le Fartlek, et si vous vous y mettiez ?

La vie d’un sportif, notamment en ce qui concerne la course à pied, n’est jamais linéaire. Phases de progression, périodes critiques ou stagnation : vos sensations évoluent de manière plus ou moins cyclique et parfois, vous en venez à vous demander si vous en retirez un véritable épanouissement personnel. Vous courrez régulièrement et l’ennui vous guette ?  Vous trouvez parfois vos entraînements monotones ? Le fartlek est alors un exercice que vous devriez mettre en pratique !

img_3015

Les origines du Fartlek

Méthode développée par Gösta Holmer, athlète suédois médaillé aux Jeux Olympiques de Stockholm en 1912, le Fartlek signifie littéralement « jeu de vitesse ». Dispositif précurseur du fractionné, il a ensuite été adopté par de nombreux coureurs et entraîneurs qui voyaient en cette technique de course à pied un côté ludique tout en restant singulièrement efficace.

Entraînement basé sur les changements d’allure selon les sensations du coureur, il s’agit donc d’alterner des phases de course de durées et d’intensités variées sur des terrains de diverse nature. Courir au feeling en restant libre de choisir son propre rythme et son parcours, c’est l’essence même du fartlek !

img_2668

Pourquoi s’y mettre ?

Pour les raisons invoquées précédemment : brisez la monotonie de vos entraînements en enrichissant le contenu de vos séances. Selon votre ressenti et la topographie du terrain, c’est à vous de décider des phases d’accélération/récupération. Inventez votre propre entraînement : accélérez jusqu’au bout d’un chemin, ralentissez au prochain panneau, effectuez un travail en côte dès que vous en voyez une sur votre parcours… jouez sur les allures sans forcément tenir compte du temps et de la distance parcourue !

Le fartlek est l’exercice idéal pour mettre de l’intensité dans votre entraînement, d’autant plus si vous courrez depuis peu et que vous n’êtes pas encore prêt à vous lancer dans des sessions de type fractionné par exemple. N’hésitez pas à travailler la diversité : dénivelé, qualité du sol, contrainte de temps d’effort… vous êtes libre de décider du contenu de votre séance le but étant de progresser dans la connaissance de soi face aux changements de rythmes et de sensations. N’oubliez pas de commencer votre entraînement par un échauffement d’une vingtaine de minutes avant d’alterner allure soutenue et foulées plus tranquilles.

img_3080

Ses avantages et inconvénients

Lors d’une séance de fartlek, le coureur est seul maître de son effort. C’est justement cette aptitude à ne pas franchir ses propres limites jusqu’à l’épuisement qui constitue l’atout principal de cette technique. De plus, la pénibilité sera moindre que lors d’entraînements plus traditionnels puisque le coureur sélectionne lui-même les critères représentatifs de sa séance.

En permettant toute une variété de terrains de jeux, le fartlek privilégie les endroits non insipides : c’est l’occasion pour vous de voir du paysage et de sortir d’une routine bien ancrée représentée par une sortie aller-retour au parc du coin ! Ce genre d’entraînement vous sera profitable en particulier si vous vous remettez d’une blessure ou suite à une période de repos : afin de ne pas subir directement de séances trop ambitieuses, vous pourrez ajuster votre effort à vos possibilités sur le moment. Les risques de traumatismes sont moindres ceci étant dû aux changements de terrains et il s’agit d’un bon entraînement si vous préparez à terme une course où les changements de rythme sont nombreux comme pour les cross ou les trails.

En revanche, cette méthode ne remplace pas les entraînements spécifiques pour des distances bien étalonnées (10km, marathons et semi-marathons). En effet, le Fartlek n’est pas comparable à du fractionné ou à une séance au seuil et ne peut donc se substituer à un entraînement structuré. Il s’agit alors d’un exercice supplémentaire, voire complémentaire, que vous pourrez effectuer librement suivant vos envies tout en gardant cette notion de plaisir inhérente à la course à pied !

img_3016

À titre personnel, j’adore intégrer des séances de fartlek à mon programme hebdomadaire. C’est une bonne manière d’écouter ses sensations et de s’adapter à l’environnement du parcours à effectuer.

Et vous ? Adeptes de cette méthode d’entraînement ?

Justine

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    xavier
    9 décembre 2016 at 23 h 23 min

    Salut, perso j’adore. Une technique très efficace à mettre en pratique. Merci princesse

  • Leave a Reply

    error: Content is protected !!