Running

Et si on se mettait au trail ?

Adepte de la course à pied depuis quelques années, j’ai découvert le trail lors de mon arrivée en terres lyonnaises. En effet, ce sport en plein essor séduit de plus en plus d’adeptes désirant s’éloigner toujours un peu plus des sentiers bitumés. L’engouement marqué pour les sports outdoor et le running lors de ces dernières années joue un rôle non-négligeable dans la démocratisation de cette activité qui trouve désormais une place de choix parmi les pratiques sportives liées à la course à pied.

Qu’est-ce que le trail ?

La réponse paraît simple mais ne l’est pas pour autant ! Trail running, course nature, course tout-terrain, course de montagne, course verte… plusieurs termes sont employés dont les définitions peuvent différer en terme de distance minimale, de dénivelé ou de la variété du terrain. Mais alors le trail c’est quoi ? On peut le définir comme étant un sport de course à pied s’effectuant dans un environnement naturel. Idéalement, un trail se déroule sur un minimum de routes goudronnées : chemins, sentiers, en montagne ou à la campagne, le long du littoral ou bien en forêt. Que ce soit sur l’herbe, dans la boue, sur les pierres, le sable voire même la neige, le trail nécessite d’adapter sa foulée en permanence selon le terrain.

Passer de la 2D à la 3D

Contrairement aux courses sur route, la distance n’est que l’une des trois variables qui définissent un parcours. Les deux autres données déterminantes étant :

  • Le dénivelé : cumul de toutes les ascensions qui donne alors le dénivelé positif total (D+)
  • La technicité des chemins empruntés : état du terrain, irrégularités et déclinaison des pentes…

Il est dès lors plus difficile d’estimer un temps de course quand on pratique le trail puisque les contraintes liées à l’environnement naturel se présentent sous diverses formes. D’une manière générale, sans parler pour autant de vérité absolue, on estime que 100 mètres de dénivelé positif lors d’une course sont équivalents en terme de fatigue à 1 kilomètre de plus parcouru sur du plat. Cette appréciation peut permettre au coureur de mieux maîtriser les efforts à fournir sur un parcours donné.

Avec le trail, la marche n’est pas prohibée. Au contraire, on a apprend à s’économiser, à grimper et à marcher pour s’adapter au mieux à la nature du terrain. La technique est différente de la course sur le plat et les changements de foulées rendent le trail bien moins monotone que la course sur route ! De plus, l’avantage physique de courir sur des terrains variables est de renforcer la structure corporelle, le corps étant en constante recherche d’équilibre : un atout pour les sportifs adeptes des sentiers.

Le trail, un état d’esprit avant tout ?

On parle souvent de « l’esprit trail » en déterminant la course sur route et le trail running comme deux mondes différents : mentalité, profils de coureurs, types de terrains, entraînements… effectivement des divergences existent mais tout comme moi, les coureurs qui passent de l’un à l’autre ne sont pas rares et heureusement ! Le trail permet de s’évader et de courir au grand air, souvent dans des endroits magnifiques (pour cela, c’est vraiment une chance d’habiter dans le Rhône tant certains paysages sont à couper le souffle dans la région).

En opposition à la course sur route, le chrono est plus souvent relégué au second plan ce qui permet de découvrir et de s’intéresser plus amplement à l’environnement qui nous entoure lorsque nous courrons. Une aventure dans la nature : voilà les termes qui, pour ma part, qualifieraient totalement la pratique du trail running !

Alors ? On s’y met ?

Vous souhaitez passer du bitume aux chemins ? Il va falloir vous adapter à de nouvelles sensations et à des sollicitations beaucoup moins uniformes qu’en course sur route. C’est un travail qui s’effectue au fil du temps mais sachez qu’il existe de plus en plus de courses avec des parcours accessibles aux débutants : de quoi vous fixer un nouvel objectif sportif en 2017 hors des sentiers battus 😉

Justine

 

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Sophie - Mon Blog de sportive
    3 janvier 2017 at 13 h 34 min

    Ca a l’air intéressant comme discipline mais je doute d’être au niveau. Je m’y pencherai peut-être en 2018. 🙂

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    error: Content is protected !!