Running

Courir à jeun

Personne dans les rues, la ville dort encore et pourtant vous êtes déjà dehors… Les runs matinaux réservent toujours des moments uniques. Rien de tel pour démarrer la journée en étant boostée à bloc !
Adeptes ou curieux, on s’est tous un jour ou l’autre posé la question de partir courir à jeun. Toutefois, la question fait débat et la pratique de ce type d’entraînement ne fait pas l’unanimité auprès des coureurs. Essayons de savoir pourquoi…

Le principe

Comme son nom l’indique, l’entraînement à jeun se fait le ventre vide, bien souvent au saut du lit en zappant la case « petit-déjeuner ». En revanche, il est conseillé de bien s’hydrater avant : on s’enfile un grand verre d’eau ou une tasse de thé sans sucre avant de chausser les baskets.
Alors, avant de commencer, on prend le temps de se réveiller « en douceur », pendant 20 à 30 minutes. Le temps de se débarbouiller, de boire un thé et de s’habiller. Petit conseil : préparez vos affaires la veille, c’est un gain de temps au réveil et en plus, c’est une source de motivation.

Pour être bien réalisé, l’exercice ne doit pas excéder 40 min voire 50 min pour les plus aguerris, au risque de vous retrouver rapidement en hypoglycémie. L’organisme dispose cependant de réserves suffisantes pour pouvoir tolérer des séances à intensité modérée, et donc vous permettre de gambader gaiement au petit matin.

A savoir : pendant la nuit, seul le glycogène hépatique est brûlé. Celui suffisant à l’effort et stocké dans les muscles reste intact. De nombreux coureurs privilégient l’entraînement à jeun pour perdre du poids et sécher, car ce type d’entraînement mobilise la filière lipidique de manière plus précoce.

img_3551

Les bienfaits
  • Favorise la perte de poids car votre corps va aller puiser de l’énergie dans la masse graisseuse. Au réveil, le stock de glucides est particulièrement réduit : courir à jeun poussera donc votre corps à compenser en allant solliciter les graisses stockées
  • Habitue le corps à être plus efficace dans l’utilisation des graisses
  • Accroît la performance dans certains sports d’endurance comme le cyclisme ou la course à pied
  • Donne la pêche pour toute la journée, la production d’endorphine agissant dès le matin
Les précautions à prendre
  • Consommer un repas riche en sucres lents chaque soir précédant un entraînement à jeun
  • Manger directement après l’effort et emmener un encas composé de sucres rapides pendant la course
  • Y aller progressivement : le corps est encore endormi, laissez lui un temps d’adaptation
  • Ne pas s’aventurer en terrain inconnu et loin de tout. Préférez un parcours en boucle pas trop loin de votre domicile
  • L’entrainement ne doit pas excéder 40 à 50 min.
  • Ne pas pratiquer de fractionné. Votre allure doit être une allure d’endurance (environ 70% de votre FCM)

Il faut garder à l’esprit que l’entraînement à jeun n’est pas sans risques, même pour un pratiquant confirmé. Si vous n’êtes pas sûr de vous, demandez conseil à votre médecin généraliste ou médecin du sport, afin d’avoir toutes les informations concernant votre état physique et de santé pour pratiquer au mieux ce type d’entraînement.
Si vous n’êtes pas trop course à pied au réveil, faites vous une petite séance de yoga de 30 minutes pour réveiller tout votre corps, ou une bonne séance à la piscine. En plus, vous serez tranquille car personne dans les lignes 😉

Aviez-vous déjà envisagé de pratiquer ce type d’entraînement ?

Elsa

You Might Also Like

7 Comments

  • Reply
    Margaux Lifestyle
    13 décembre 2016 at 13 h 56 min

    Très bons conseils ! Personnellement, quand je pars pour une petite sortie à jeun, j’embarque toujours mon pass navigo et je suis les lignes de bus… Au moindre problème, je serais que je pourrais rentrer chez moi facilement…

    • Reply
      troisnenettes
      13 décembre 2016 at 13 h 57 min

      Bien vu ! C’est vrai qu’à Paris, on a vite fait de partir loin de chez soi 😉

  • Reply
    JULIE
    14 décembre 2016 at 9 h 45 min

    Quel plaisir de voir le soleil se lever le matin ! Par contre, je trouve que c’est beaucoup plus difficile à faire l’hiver dans le noir !

  • Reply
    Myrtilla
    14 décembre 2016 at 22 h 11 min

    Coucou ! Personnellement au début je courais après avoir mangé un petit peu, car j’avais peur de me sentir mal si je courais à jeun. Une fois j’ai essayé et j’ai vu que ça allait très bien, et depuis je fais toujours ainsi ! Mais c’est vrai que c’est plus facile de se lever à 6h pour aller courir avec le lever du soleil en été, plutôt que de se lever en hiver et d’aller courir avec le froid… 🙂 J’ai trop hâte qu’arrive l’été, je me suis souvent levée très tôt juste pour aller courir avec le lever du soleil ! 😀 Par contre je ne savais pas qu’il ne fallait pas dépasser les 40-50 minutes… oups… les prochaines fois je prendrai des trucs à grignoter avec moi pour juste après la course 😉
    Merci pour ton article ! Bisous

    • Reply
      troisnenettes
      15 décembre 2016 at 7 h 51 min

      Si tu te sens bien pour courir plus longtemps, pas de problèmes. Mais oui tu peux emmener un petit quelque chose à manger au cas où. Ce serait bête qu’il t’arrive quelque chose car tu n’as pas assez mangé 🙂

  • Reply
    johannick
    23 janvier 2017 at 13 h 02 min

    je cour le matin très tôt à 4h30 du matin à jeunot mais rien arrivé pour le moment je touche du bois .

  • Reply
    A quelle heure courir : la chronobiologie - Trois nenettes en basket
    24 janvier 2017 at 12 h 18 min

    […] plus de 40 à 45 minutes, au risque de faire une hypoglycémie. Si en plus, on a décidé de partir courir à jeun, le pic de cortisol et la sécrétion d’insuline sont beaucoup plus importants vers 6h, donc on […]

  • Leave a Reply

    error: Content is protected !!