Blog

Comment bien préparer un bivouac

Amatrice de sports outdoor, c’est avec un plaisir non dissimulé que j’aime m’éloigner de temps à autre de la vie citadine en partant m’immerger en pleine nature !  Lâcher son petit confort pour une escapade de quelques jours en plein air ? Oui, mais pas sans un minimum de préparation au préalable.

Partir en randonnée sur des sentiers inconnus, dormir à la belle étoile, s’adapter aux conditions naturelles parfois idylliques, parfois hostiles… cela demande tout de même un minimum d’organisation : Où aller ? Quel matériel apporter ? Ai-je la condition physique adéquate pour partir quelques jours «à l’aventure» ?

Ce sont les questions qu’ont parfois pu se poser certains bivouaqueurs (dont moi-même évidemment) avant de se jeter à l’eau. Novice dans le domaine vous hésitez à franchir le cap ? Pas besoin d’être un randonneur aguerri pour vous lancer. Avec les beaux jours qui arrivent, les occasions ne vont pas manquer : tentez l’expérience ! Voici quelques éléments qui vous permettrons de vivre un séjour réussi en pleine nature.

Préparer son itinéraire 

C’est forcément la première chose à faire, l’idée de base étant de parcourir un itinéraire riche en paysages et souvent d’accéder à des endroits inaccessibles autrement qu’à pied.

  • Plusieurs données sont à prendre en compte notamment en ce qui concerne les réglementations applicables à certains endroits comme les parcs nationaux par exemple : les bivouacs sont-ils autorisés ? Les feux sont-ils interdits ? Renseignez-vous suivant les lieux que vous souhaitez découvrir.
  • Adaptez votre parcours suivant les personnes qui vous accompagneront si vous partez à plusieurs. Définissez les étapes de votre épopée en prenant en compte la condition physique de chacun pour que tout le monde puisse apprécier au mieux l’expérience.
  • Ainsi, n’hésitez pas à appliquer la règle des 3D (distance-durée-dénivelé) pour déterminer votre itinéraire : 15km à parcourir en une journée ? Easy ! Rajoutez plus de 1000m de dénivelé à arpenter sur des chemins abruptes ou dans la poudreuse avec un sac de 15kg sur le dos et la tâche sera déjà beaucoup moins facile 😉
  • Déterminez bien les points de ravitaillements en eau et les endroits où dormir. Envisagez aussi les plans B si certains chemins paraissent impraticables ou s’il arrive un pépin et qu’il faille écourter le trajet (en cas de blessure par exemple).
  • Consultez la météo et prenez connaissance des conditions climatiques propres à la région dans laquelle vous allez séjourner. Une météo trop mauvaise pourrait gâcher votre randonnée voir même la rendre dangereuse…
  • Prévenez au moins un de vos proches avant de partir : faites-lui prendre connaissance du parcours que vous allez emprunter, on ne sait jamais… (si vous n’avez jamais vu le film 127h, il est temps pour vous de le visionner 😉 ).

Pas d’idée au sujet d’une rando potentielle ? Vous trouverez aisément des informations concernant des boucles à parcourir sur des sites ou dans des bouquins spécialisés, il y a l’embarras du choix !

S’en tenir à l’essentiel

Bien s’organiser est une condition sine qua non pour un trek réussi. Personnellement j’ai toujours peur d’oublier quelque chose de primordial. Seulement, remplir son sac au maximum pour rentabiliser l’espace qu’il contient peut s’avérer contre-productif. N’oublions pas qu’il faut le porter à toute épreuve ce sac ! Misez sur l’optimisation et sur l’efficacité.

  • Équipement de base : Sac à dos et sur-sac (choisissez-en la taille selon la durée de votre séjour) – tente (sauf si vous préférez admirer les étoiles…) – matelas – duvet (adapté aux températures nocturnes évidement) – lampe frontale (plus pratique) – briquet ou allumettes si vous comptez faire un feu – trousse de secours/médicaments – couteau – carte topographique – sacs poubelle – appareil photo – batterie externe ou chargeur solaire (pour ceux qui ont du mal à lâcher leur portable ou leur montre gps…) – crème solaire – réchaud – tasse – couverts – poche à eau/gourde – pastilles de décontamination. Vérifiez bien votre équipement avant de partir sous peine de surprises !
  • Tenue : À choisir selon les conditions climatiques. Privilégiez les vêtements techniques pour vous protéger du froid et évacuer la transpiration et surtout ne blaguez pas avec les chaussures ! J’en connais plus d’un qui sont sont retrouvés en difficulté pour cause de chaussures non-adaptées… Côté fringues mis à part des sous-vêtements pour chaque jour, optez pour le minimum, vraiment. Rien ne sert d’amener 5 T-shirts et 3 leggings pour 2 jours, sauf si vous voulez alourdir votre sac pour faire travailler toujours plus vos quadri 😀 N’oubliez pas les accessoires tels que les lunettes et couvre-chefs.
  • Hygiène : On fait simple ! Pas facile de s’en tenir à l’essentiel lorsqu’on est coquet(te) mais après tout… on est dans la nature alors soyons naturel(le) non ? mouchoirs – lingettes nettoyantes – brosse à dents – dentifrice – savon et basta ! Bon ok, baume à lèvres et mascara autorisés pour celles qui ne peuvent vraiment pas faire sans 😉

Lorsque vous partez en groupe, soyez stratégiques : rien ne sert n’apporter 5 tubes de dentifrices et de crème solaire. Ne vous encombrez pas d’objets inutiles qui ne feront qu’alourdir vos sacs.

Quoi de prévu au menu ?

Marcher, grimper, tenir la pause pour les photos… tout cela demande de l’énergie !  Mais comment s’organiser pour être sûr de ne manquer de rien ?

  • Si vous bivouaquez en groupe, déterminez les repas que vous consommerez en commun : Qui apporte quoi ? Serez-vous en totale autonomie ?
  • Estimez les quantités et les portions à l’avance mais n’oubliez pas que faire des efforts continus, ça creuse !
  • Privilégiez les aliments secs, déshydratés et lyophilisés qui se conservent facilement et prennent moins de place dans les sacs.
  • Prenez des aliments dont le rapport énergie/masse est le plus élevé possible avec peu d’emballages et qui sont peu volumineux, le maître mot est l’optimisation ne l’oubliez pas !
Et pour la zone de bivouac ? Quel emplacement ?
  • Idéalement, installez votre bivouac avant le coucher du soleil, c’est toujours plus agréable.
  • Cherchez un endroit plat si vous souhaitez dormir de la manière la plus confortable possible. Déblayez le terrain sur lequel vous vous installez en enlevant les pierres et tout autre élément nuisible pour un sommeil paisible !
  • Installez-vous stratégiquement : à l’abri du vent, prêt à accueillir les premiers rayons du soleil le matin si les nuits sont fraîches…
  • Si vous souhaitez allumer un feu et qu’il y en a un près de votre campement, utilisez un foyer ayant déjà servi.

Après une bonne nuit de sommeil, n’oubliez rien et ne laissez aucune trace de votre passage, préservez l’environnement dans lequel vous évoluez au maximum !

Bien sûr, toutes ces données sont exhaustives et sont tirées de mes propres expériences. Libre à chacun de se préparer comme il le souhaite, le plus important étant de garder des souvenirs marquants de ces petites portions de vie passées loin de la civilisation.

Et vous ? Des bivouacs en préparation ?

Justine

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Marina le
    5 mai 2017 at 13 h 14 min

    Ca donne tellement envie 🙂

  • Leave a Reply

    error: Content is protected !!