Nos courses

Retour sur les 24km du Rennes Urban Trail

Revenir faire une course en Bretagne… l’idée me trottait dans la tête depuis un moment. Un an après avoir couru le semi-marathon de Tout Rennes Court, le lancement des inscriptions pour la première édition du Rennes Urban Trail est tombé à pique ! 

Initiée aux trails urbains à Lyon, je ne pouvais manquer cet événement novice en terres bretonnes pour pouvoir redécouvrir la ville sous un autre angle. En effet, malgré le fait d’avoir vécu plusieurs années à Rennes, je me suis rendue compte en prenant connaissance du parcours pour lequel j’avais opté que nous allions passer par des endroits que je ne connaissais pas du tout ! Fraîchement débarquée de Lyon, j’ai récupéré mon dossard la veille de la course en ayant hâte de me retrouver sur la ligne de départ le lendemain.

♦ Mes impressions sur le départ

« Ça fait plaisir de recourir à Rennes ! »

C’est ma 7ème course depuis le début de l’année, on peut dire que je n’ai pas chômé depuis la reprise ! Tenue enfilée, je me dirige tranquillement vers le mail François Mitterrand pour rejoindre les deux autres nenettes en basket présentes pour l’occasion. Malheureusement Elsa qui devait courir le 7km ne sera pas de la partie pour cause de tibia douloureux, je serai donc la seule représentante des trois nenettes en basket lors de la course, il va falloir assurer ! Nous rejoignons la team Sobhi Sport avant le départ prévu à 9h30  : quelques photos, quelques encouragements et il est déjà l’heure de se diriger vers l’arche dressée pour l’occasion.

J’essaye de me placer tant bien que mal parmi la foule. Je ne me suis pas échauffée et en me remémorant le TRS de Caluire du dimanche précédent je n’espère qu’une chose : pouvoir profiter à fond de ma course et ne pas subir comme celle de la semaine dernière ! J’ai mis plusieurs jours pour me remettre physiquement de cet urban trail et je n’ai pas fait de sport pendant une semaine pour être en forme lors de mon séjour breton, ça serait dommage de ne pas être à l’aise sachant que ma famille et mes amis sont venus en nombre pour m’encourager… le coup d’envoi me sort de mes pensées et c’est sous les confettis que je m’élance sur ce 24km à travers Rennes.

♦ La course

« On croit connaître une ville par cœur alors qu’en fait… »

Difficile d’avancer comme je voudrais sur les premières centaines de mètres : la foule est compacte, un premier escalier commence déjà à ralentir la cadence de certains… à l’évidence les bretons sont moins efficaces dès qu’il y a quelques marches à gravir, j’ai bien vu la différence en comparant leur ascension avec celle des coureurs du LUT 😀 Nous continuons notre route en longeant la Vilaine sur le chemin de halage direction le Roazhon Park, l’une des étapes notoires du parcours. Même constatation que pour l’escalier précédent, je ne peux pas accélérer car nous sommes trop nombreux à grimper les marches ce qui est fort dommage puisque je misais vraiment là-dessus pour grappiller quelques places. Une fois sortie du stade, nous attaquons la partie « nature » de la course puisque sur quelques kilomètres nous traversons des sentiers boisés. Pour le coup j’ai l’impression de faire un vrai trail nature ! Je suis plutôt concentrée sur cette première partie du tracé, je vérifie souvent mon allure car je ne veux pas me griller en commençant cette course de manière trop enthousiaste. Au final je cours plus vite que l’allure que je m’étais fixée (12km/h) mais il n’y a pas du tout de dénivelé et je me sens relativement bien donc il n’y a aucunes raisons de ralentir.

Ce début de course se passe très tranquillement, certains coureurs m’encouragent ça fait vraiment plaisir ! Nous traversons ainsi les zones de la Prévalaye et de la Courrouze sur une douzaine de kilomètres. Je sais d’ores et déjà que la deuxième partie de course sera la plus agréable à vivre, il me tarde de revenir au cœur de la ville. Je ne connaissais que trop peu cette facette de Rennes, comme quoi j’ai bien fait de m’inscrire à cet urban trail pour mieux connaître au final le côté le moins urbain de la ville ! Je vois au loin la Cité judiciaire facilement reconnaissable pour son architecture peu commune, ça y est la moitié du chemin est déjà derrière nous et le meilleur nous attend !

« Quelle ambiance ! »

Deuxième bâtiment dans lequel nous entrons après le stade : ascension tout en haut d’un parking ! Un DJ est là pour mettre l’ambiance, je trouve ça vraiment sympa ! En ressortant je vois un groupe d’hommes à l’allure sportive avec des sweats rouge et noir, je ne fais pas spécialement attention, pensant à des pompiers en uniforme… absolument pas puisqu’il s’agissait des joueurs du SRFC ! Chose que j’ai appris le lendemain, j’aurais dû être plus attentive, j’étais trop concentrée 😀 Nous passons par un petit skate parc quand je commence à comprendre que nous allons devoir continuer notre route accompagnés des participants du 14km. La jonction se fait précisément dans un escalier et je sens tout de suite que ce regroupement va nous gêner plus qu’autre chose quand je vois la différence d’allure entre les deux groupes. Effectivement, sur le moment ça m’embête vraiment d’être coupée dans mon élan. Le passage par le centre Colombia, malgré l’ambiance qui y régnait, était assez pénible : attente à l’entrée, groupe de coureurs qui bloquaient l’avancée de certains… j’ai senti que je n’étais pas la seule à être frustrée dans cette situation parmi les coureurs du 24km !

Nous descendons ensuite dans le sous-sol Place Charles de Gaulle, grosse ambiance une  fois de plus ! Très bonne idée des organisateurs d’avoir invité des DJ’s à accompagner en musique notre épopée. Finalement les derniers kilomètres de la course sont les plus difficiles puisqu’y sont rassemblées les petites montées et un certain nombre d’escaliers à gravir (occasionnant malheureusement pas mal de bouchons…). Ce fût très agréable de parcourir les jardins du Thabor qui valent clairement le détour à cette période de l’année et d’en ressortir en passant par l’animation de l’Orange Bleue qui avait mis en place un chapiteau avec bulles, fumée, stroboscopes et supporters en folie ! Sur le parcours je revois d’ailleurs souvent mes propres supporters qui me donnent envie de me dépasser toujours plus. Avant d’arriver à la Visitation je vois Jérémy et Erwan qui me suivent en vélo : plus que 3km ! Je leur dis que les jambes sont là et que je me sens super bien tout en étant persuadée que ces derniers kilomètres seront les meilleurs.

Passage devant le Parlement, j’arrive dans l’Opéra : énorme bouchon dans l’escalier… j’attends au moins 5min avant de pouvoir traverser la scène et passer devant le Bagad qui nous rappelle que nous sommes bien en terres bretonnes 🙂  Sur la place de la Mairie les spectateurs sont en nombre ! Nous entrons dans l’Hôtel de ville dans lequel je n’avais jamais mis les pieds, comme quoi il faut bien une première à tout. Je continue mon chemin en essayant de courir le plus vite possible mais je vois arriver les 24km à ma montre et toujours pas de ligne d’arrivée en vue : Guillaume un de mes amis arrive à ma hauteur en vélo, il vient de faire le 8km et m’indique le parcours en me disant d’y aller au mental alors que mes jambes commencent à me faire comprendre qu’elles ont déjà bien travaillé… Mine de rien à force de zigzaguer à travers la foule j’ai quand même dépensé pas mal d’énergie ! Dernier virage et non des moindres puisque je vois dans l’angle ma tante et Jeanne, ma filleule qui sont venues avec des pancartes pour m’encourager. J’ai le sourire aux lèvres et je parcours les dernières dizaines de mètres qui me séparent de l’arche d’arrivée après 2h09 d’efforts.

♦ Mon bilan

« Une première édition réussie. »

Avec un temps officiel de 02:10:05, je termine à la 289ème position face à 1040 coureurs et je me classe notamment à la 5ème place des seniors femme. Cette première édition ayant eu lieu le même jour que le Lyon Urban Trail, j’ai dû faire face à un choix cornélien et je ne regrette absolument pas d’avoir misé sur cette course bretonne : un parcours atypique, une ambiance exceptionnelle, des supporters au top… je ne m’attendais pas à mieux lorsque je me suis inscrite à l’événement. 25km de bonheur avec un niveau de difficulté clairement acceptable ! Habituée à arpenter les rues lyonnaises, le contexte était totalement différent à Rennes : pas assez de côtes et d’escaliers à mon goût 😀 Cela dit bravo à l’organisation pour l’originalité du parcours et pour avoir essayé de corser les choses au maximum, je m’inscrirai sans hésiter à la seconde édition qui aura lieu le 21 avril l’année prochaine.

♦ Mes prochains défis sportifs

Pour l’instant je ne suis inscrite à aucune course pour le mois d’avril (surtout de belles randos en prévision) mais vous pourrez me retrouver au parc de Parilly le 14 mai pour ma seconde participation au 10km de Courir pour Elles et le week-end suivant sur la colline de Fourvière puisque je serai aussi sur la ligne de départ de l’Ultra Boucle de la Sarra. Deux beaux événements lyonnais à venir donc, hâte de vous partager de nouveau mes impressions !

Justine

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Alex
    4 avril 2017 at 13 h 20 min

    coucou Justine,
    Je suis contente d’avoir échangé avec toi rapidement avant le départ, depuis le temps que nous échangeons par écrit .
    Ravie de ton retour, j’ai entendu la même chose sur le flux des escaliers, mais aussi lorsque vous avez rejoins le parcours du 14 km avec le rythme plus lent des coureurs.
    Ça m’a donné encore plus envie de renouveler moi aussi cette aventure en étant présente sur l’édition de 2018 ( sans blessure) cette fois.
    A bientôt
    Bisous
    Alex

  • Leave a Reply

    error: Content is protected !!